Senkai no Shinobi ~ Forum RPG Naruto


 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les serments seront brisés...

Aller en bas 
AuteurMessage
Kyûji Hyûga
Administrateur
♣ Démon Hyûga
Déserteur de rang SS
○Acharné du Clavier
♠ Administrateur♣ Démon Hyûga♦ Déserteur de rang SS○Acharné du Clavier
avatar

Messages : 467
Date d'inscription : 24/08/2010
Age : 23

MessageSujet: Les serments seront brisés...   Jeu 5 Mai - 20:48

Kyûji avançait lentement, tel un fantôme. Il ne faisait absolument aucun bruit. De toute manière, qui l'aurait entendu ? La plupart des habitants de Konoha étaient captivés par l'examen Juunin. Personne ne prêterait attention à un anbu au masque de renard. Il était invisible. Comme une ombre...

Il tourna au coin d'une rue, se dirigeant vers son but d'un pas mécanique, tel un automate. Qui était-il ? Kyûji ? Kyûbi ? Il ne savait plus très bien. Sa bague exhalait une aura noirâtre qui enveloppait sa main droite. Sa peau était devenue sombre, elle aussi. Elle était noire ébène à proximité de la bague, et s'éclaircissait jusqu'à devenir couleur cendre au niveau du coude. Là, elle perdait sa teinte étrange, et redevenait normale. Ses veines saillaient, ses muscles étaient contractés, comme lors d'un effort d'endurance. Son visage, derrière son masque, était inexpressif.

Il tourna encore, entra dans une impasse. Là, une femme aux cheveux blonds balayait le sol devant sa boutique de fleurs. Elle lui adressa un petit signe. Il ne répondit pas.

- Vous vous êtes perdus ? Cette rue ne mène nulle part.

Kyûji s'arrêta net. Mais pas de manière brusque. Il n'avait pas tremblé, ni sursauté. Il avait juste interrompu sa marche. Cessé tout mouvement. Il tourna la tête vers elle de manière brusque, comme un pantin désarticulé, et se mit à la fixer de manière insistante. La tête penchée sur le côté, son masque couvrant son visage, deux points noirs en lieu et place des yeux, l'image était saisissante. Elle se mit à piétiner, essayant de ne pas croiser son regard. Il ne la lâchait pas des yeux. Au bout de plusieurs minutes, la femme se mit à trembler, puis soudain, lâcha son balais et courut se réfugier dans sa maison ! Elle claqua la porte de son échoppe, accrocha un panneau "fermé" hâtivement, et s'éloigna à toute vitesse du seuil. On l'entendait pousser de brusques sanglots de terreur, malgré le mur qui les séparait.

Kyûji se retourna, et reprit sa marche. Il avançait droit vers le mur de l'impasse. Un pas après l'autre, il se rapprochait inexorablement de la façade rouge brique. Arrivé au contact, il posa sa main sur le mur. Il pivota sur lui-même, entraînant le ninja avec lui. Quelques secondes plus tard, il était de l'autre côté du mur. Il se remit à marcher.

L'allée dans laquelle il se trouvait était étroite, et obscure, car descendant sous terre. Un brouillard épais lui arrivait aux genoux. On aurait davantage dit un corridor, ou un tunnel. Il y avait longtemps qu'il n'avait emprunté ce chemin. Le marcheur de brumes était de retour... Il ne se souvenait plus quand est-ce qu'on l'avait appelé comme ça pour la dernière fois. Pour un meurtre, encore. Tous les surnoms qu'il avait reçu lui venaient de sa réputation en tant qu'assassin invisible. Personne ne savait qui il était vraiment. Il était la Mort noire, la Lame obscure, le Tueur silencieux, l'Ombre de Konoha... Il était tous ces ninjas qui s'étaient faits une réputation avant de disparaître. Mais personne, pas même les Hyûgas, ne savait que Kyûji existait bel et bien sous ces différents noms. Il tourna à droite, et continua sa route.

Peu de gens auraient pu y voir dans cette purée de pois doublée d'une obscurité totale, mais les yeux de Kyûji défiaient les lois physiques. Avec ses byakugans, chaque détail, même infime, de la paroi lui apparaissait. Guidé par ses yeux blancs, il finit par trouver ce qu'il cherchait. Il s'arrêta au coeur d'un croisement, duquel partait une dizaine de petits couloirs cylindriques d'environ un mètre de diamètre. Sans hésiter, il avança tout droit. A quatre pattes, il rampa dans le tunnel rapidement, et au bout d'environ 5 minutes, arriva à une trappe rectangulaire. Il la poussa, et un trait de lumière illumina l'intérieur du passage. Se hissant à la seule force des bras, il s'extirpa du tunnel, se dressa sur les mains, sur le plancher de bois de pin, et d'une de ses deux mains, referma la trappe. En équilibre sur sa main droite, il se recroquevilla sur lui même, et pivota pour se retrouver accroupi. Immobile, il n'avait fait aucun bruit. Personne n'avait remarqué sa présence.

Il se leva lentement, le visage crispé. La peur lui tordait les entrailles. Pour la première fois depuis des années, Kyûji se trouvait au coeur de la demeure des Hyûgas.

____________________________
-> Paroles et pensées de Kyûji
-> Paroles et pensées de Kyuji dans son moi intérieur (Kyuubi) et flash back
-> Paroles de Kyuubi
-> Paroles des autres personnes


L'Ombre et la Flamme... -> LE BALROOG !!!
Forum RPG Naruto - Senkai no Shinobi - SNS - Forum RP Naruto
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyûji Hyûga
Administrateur
♣ Démon Hyûga
Déserteur de rang SS
○Acharné du Clavier
♠ Administrateur♣ Démon Hyûga♦ Déserteur de rang SS○Acharné du Clavier
avatar

Messages : 467
Date d'inscription : 24/08/2010
Age : 23

MessageSujet: Re: Les serments seront brisés...   Lun 9 Mai - 11:53

Dès à présent, le temps lui était compté. Prenant soin de ne pas faire de bruit, il se glissa dans un coin de la pièce, afin de réfléchir à son aise des évènements à venir. Retenant un rictus de dédain, il secoua la tête. Il savait déjà ce qu'il allait faire. Il y avait réfléchi des centaines et des centaines de fois. Pourquoi attendre alors ? Avait-il peur ?
Ses traits se durcirent. Non, il n'avait pas peur. Il n'avait que trop longtemps été terrifié par son clan. Cela n'arriverait plus jamais. Sa volonté raffermie, il se prépara. Il savait qu'une métamorphose ne lui serait d'aucun secours contre les yeux des Hyûgas. Combien de fois avait-il tué un ennemi qui croyait être parfaitement dissimulé sous ce sort ? Des dizaines. Il ne ferait pas la même erreur qu'eux. Assumant cela, il enleva son masque. Il savait que s'il montrait son visage, il serait reconnu. Il n'avait pas eu le choix. Une large balafre courait de son front jusqu'à sa mâchoire, passant entre les deux yeux. la cicatrice était fraîche. Son kunai était encore couvert se sang séché. Jusqu'où allait-il aller pour assouvir sa vengeance ? De quoi était-il capable ? Il n'en savait rien lui-même...

"Tu sens comme moi que le moment approche, hein ...? Bientôt, tu laveras la mort de tes parents avec le sang de ce clan que tu hais du plus profond de ton être ! Tu planteras ta lame dans leur coeur, ta main fracassera leur crâne ! Tu es KYÛBI !

Kyûji eut un petit sourire. Il mit son bandeau frontal sur son front, terminant son camouflage presque idéal. Posant son sac dans un coin, il s'avança dans la lumière qui inondait la pièce. Il resta au milieu, debout, baignant dans le soleil. Il était bien, calme, détendu, serein. Mais son bras noir ne mentait pas sur sa véritable nature. Il n'était pas ange. Il était démon.

Il entendit un léger craquement. Le plancher ! Quelqu'un approchait ! Prenant une attitude calme et posée, il alla à la rencontre des visiteurs, non sans avoir revêtu un kimono blanc portant le symbole du clan. La porte coulissa devant lui. Il réprima un sourire, qui se serait mué en grimace. La peur prenait de nouveau le contrôle. Il n'aurait jamais cru que la rencontre serait si douloureuse.

Une femme aux yeux blancs entra dans la pièce lumineuse, suivie de 3 enfants. Cheveux noirs, mince et grande, elle portait un bandeau autour de la taille, laissant apercevoir son front nu, dépourvu de tout sceau. Kyûji eut envie de pleurer. Que savait-elle de la souffrance des membres de la Bunke ? rien ! Rien ! Elle s'en fichait de savoir que les parents de Kyûji avaient été assassinés par ses proches ! Elle était une gamine à l'époque, elle n'avait aucune idée de tout cela ! Elle était ignorante ! Et pourtant... La rage brûlait plus fort encore dans le coeur du jeune homme...

- Par tous les dieux ! Que vous est-il arrivé ? Cette... cicatrice ! Que s'est-il passé ?

Les enfants se blottirent contre elle, effrayés par le visage mutilé de Kyûji. l'un d'entre eux, le plus jeune, se mit à pleurer. Elle le prit dans ses bras, le berçant tendrement en lui murmurant des paroles réconfortantes. Voir un amour aussi parfait fut plus que Kyûji ne pouvait en supporter. Il arracha son kimono, dévoilant une tenue sombre comme la nuit. Sa tenue de combat. Ses yeux étaient devenus rouges.

- Mais que...

Elle n'eut pas le temps de finir sa phrase que le poing de Kyûji la frappa de plein fouet, l'envoyant traverser le mur et s'étaler par terre avec violence ! Les enfants se mirent à hurler. L'un d'entre eux voulut fuir, et prit ses jambes à son cou. Kyûji fit un geste rapide du bras, avant de se retourner face à la jeune femme, qui, meurtrie, se relevait péniblement, l'air ahurie. Le kunai qu'il venait de lancer se planta entre les homoplates du garçon, qui s'effondra avec un cri strident ! Le plus jeune ne bougeait plus, assis par terre, à un mètre du démon, tremblant comme une feuille morte. Une flaque d'urine se forma en dessous de lui, tant il était terrifié. La fille, elle, voulut enlever l'arme du dos du petit garçon qui pleurait de souffrance, mais alors qu'elle allait le saisir, kyûji apparut juste devant elle comme par magie, et la frappa entre les deux yeux !
Le cadavre fut projeté en arrière à une vitesse halucinante, des morceaux d'os brisés volant en tout sens alors que la cervelle se déversait de son crâne ouvert comme un malade qui vomirait une bile aigre. Secouant sa main dégoulinante de liquide cérébral, Kyûji prit le kunai, qu'il arracha d'un coup sec du dos de l'enfant, qui poussa un autre cri ! Prit d'une frénésie meurtrière, Kyûji l'enfonça à nouveau, dans l'épaule droite ! l'enfant hoqueta. Il ne comprenait pas. Continuant son oeuvre psychopathe, le démon frappa à nouveau, dans l'épaule gauche, puis dans la jambe, puis dans la deuxième, pour finalement l'enfoncer dans le crâne avec un rugissement bestial !

C'est alors qu'il se fit frapper une fois, deux fois, quatre fois, huit fois, et ainsi de suite, jusqu'à 64 ! Subissant une de ses propres techniques, il fut projeté en arrière à son tour, et ne se réceptionna qu'avec grande difficulté. Le souffle coupé, il sentait ses organes crier grâce. Les 64 poings du Hakke étaient décidément dévastateurs... Se tournant vers son assaillante, il se releva, et la fixa du regard. Elle était en larmes, la haine emplissait ses yeux blancs, ses tempes contractées renforçant cette impression. En garde, elle attendait qu'il vienne.

- Tu es... un ... monstre... Kyûji... Hyûga... JE TE HAAAAAAAIS !

Elle se jeta sur lui, telle une folle ! Un coup sur la nuque, et elle passa de vie à trépas. L'enfant, lui, n'eut pas non plus le temps d'avoir peur, car il explosa littéralement en plusieurs morceaux qui retombèrent au sol avec un bruit écoeurant. Kyûji se tenait debout au milieu des corps. l'alarme n'avait pas encore été donnée, même si ce n'était qu'une question de temps. Il sourit. Il tenait sa vengeance.

Souriant, il continua sa progression dans la demeure désormais souillée par le sang de ses propres habitants...

____________________________
-> Paroles et pensées de Kyûji
-> Paroles et pensées de Kyuji dans son moi intérieur (Kyuubi) et flash back
-> Paroles de Kyuubi
-> Paroles des autres personnes


L'Ombre et la Flamme... -> LE BALROOG !!!
Forum RPG Naruto - Senkai no Shinobi - SNS - Forum RP Naruto
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyûji Hyûga
Administrateur
♣ Démon Hyûga
Déserteur de rang SS
○Acharné du Clavier
♠ Administrateur♣ Démon Hyûga♦ Déserteur de rang SS○Acharné du Clavier
avatar

Messages : 467
Date d'inscription : 24/08/2010
Age : 23

MessageSujet: Re: Les serments seront brisés...   Mer 11 Mai - 21:53

Kyûji ne s'était jamais senti aussi bien. Il exultait ! Sa soif de sang semblait intarissable ! Il en voulait plus. Tuer 4 ninjas ne lui avait pas suffit. Cela n'avait pas suffit à Kyûbi.
Soudain, il détecta une présence dans son dos, et, tournoyant sur lui-même, évita la centaine de shurikens qu'on venait de lui lancer ! 5 Hyûgas avaient fait leur apparition, le visage crispé et empreint d'une colère sans nom. L'un d'eux tenait la femme dans ses bras, et des torrents de larmes dévalaient son visage, subtil mélange de peur, de tristesse, et de haine.

- Oh, c'était votre femme ? cracha Kyûji avec amusement. Je suis navré, vraiment...

Il poussa un ricanement sadique, et souriant de toutes ses dents, porta l’estocade finale :

- Elle n'a pas joué très longtemps. J'espère que vous serez plus intéressant.

Les yeux du Hyûga devinrent deux puits de souffrance et de rage, et c'est avec une vitesse effarante qu'il se jeta sur kyûji, non sans avoir donné le cadavre à un de ses frères ! Ils voulurent l'en empêcher, mais il était trop tard : Kyûji avait foncé, lui aussi. Il se heurtèrent avec fracas, bondirent en arrière, et échangèrent une rafale de coups tous plus violents les uns que les autres ! Pas une seule fois la main du Hyûga n'atteignit Kyûji, alors que lui, coup après coup, lui bloquait méridien après méridien ! Lorsque son adversaire ne put plus se mouvoir qu'avec grande difficulté, Kyûji décida qu'il était temps d'arrêter de s'amuser. Il recula, et accumulant du chakra dans son poing droit, prononça d'une voix étrange :

- Craignez la colère de Kyûji Hyûga ! Craignez Kyûbi, roi des Bijuus ! Vous avez voulus les éradiquer et les réduire en esclavage, mais c'est eux qui vous enverrons en enfer !

On entendait à la fois la voix ténébreuse de kyûji, et celle, plus grave et guturale, du démon ! Soudain, alors que les ninjas, terrifiés, ne pouvaient que contempler la fureur de l'être qui se dressait devant eux, Kyûji hurla :

- MOURREZ, PUISQUE VOUS AVEZ VOULU MA MORT ! KATON !

Dans une explosion flamboyante, Kyûji frappa le plancher de pin, qui explosa avec l'ensemble de la pièce ! Les 4 hyûgas furent projetés avec les décombres de la maison, tandis que le 5ème qui avait combattu Kyûji était carbonisé sur place à cause de la proximité de la source de chaleur ! Sa peau se détacha de son corps avant de se tranformer en cendres, suivie des muscles et des tendons. Lorsqu'il ne resta plus que les os, ils se mirent à noircir avant de tomber eux aussi en poussière.

L'ensemble des membres de la maison sortirent des débris du bâtiment, sonnés, mais pour la plupart, vivants. Certains, cependant, ne revirent jamais plus la lumière du jour, ensevelis sous les gravats et les madriers, d'autres, transpercés par une poutre, hurlaient qu'on les libère, mais pas un seul ne put leur venir en aide, et ils finirent par laisser un silence effrayant remplacer leurs cris désespérés. Une femme s'effondra en larmes, tenant dans ses mains ensanglantées le corps inerte d'un petit garçon. La mort était devenue la nouvelle habitante de la demeure des Hyûgas.

Les shinobis cherchèrent du regard le coupable de cette catastrophe, et ne mirent pas longtemps à la trouver. Debout, sur un madrier noirci par les flammes, Kyûji dominait les hommes qui l'avaient jadis traqué. Il tenait dans sa main droite un bébé. Et il ne souriait plus. Il prit la parole de la voix double qu'il avait déjà utilisée auparavant :

- Que le seigneur de ce clan se montre, et expie ses méfaits, ou cet enfant mourra !

Tous se mirent à hurler, à s'agiter ! la mère de l'enfant, probablement, voulut fondre sur l'Ombre de Konoha pour récupérer son bébé, mais un homme l'en empêcha. Elle pleurait des larmes d'impuissance qui venaient tracer des sillons sinueux dans la couche de cendres qui couvrait son visage. Un homme mûr avança, sortant de la masse. Il fixa le ninja d'un oeil blanc comme la neige. Et prononça d'une voix atone :

- Alors comme ça, Kyûji, tu es revenu parmi nous pour te venger, n'est-ce pas ?

Kyûji lui jeta un regard haineux, et une aura noirâtre l'enveloppa alors.

- EXACTEMENT ! ET JE COMMENCE TOUT DE SUITE !

Avec un bruit écœurant, Kyûji arracha la tête du bébé de son corps, et l'écrasa entre ses doigts ! La mère hurla ! Tous eurent un sursaut d'effroi et de surprise ! Il reprit la parole.

- Et ce n'est pas fini...

Il jeta le reste du cadavre au loin, et lança une dizaine de kunais dans l'assemblée ! Ils les évitèrent aisément, ne comprenant pas le but de cette manœuvre. Ils n'en eurent pas l'occasion.

Kyûji apparut instantanément à côté d'une de ses armes, et commença le massacre ! Il frappa à gauche et à droite, simultanément, puis bondit en avant. Deux hommes s'effondrèrent, le torse dévasté par le chakra du jeune homme ! Le jûken ultime. Une puissance phénoménale enfermée dans les mains de Kyûji. Il s'était éveillé à la furie des âmes. Rien ne pourrait l'arrêter.
Attrapant la tête de deux hommes, il les cogna violemment l'une contre l'autre, fracassant leur crâne ! Évitant l'attaque d'un de ses ennemis, il passa derrière lui, et lui brisa les vertèbres cervicales d'un simple coup de poing ! Deux autres ninjas, une femme et un homme, connurent une mort rapide sous la forme d'une simple pichenette sur la tempe : la décharge de chakra fit le reste.
Tous alors essayèrent de l'encercler, et se jetèrent sur lui, lui coupant toute retraite ! Il tournoya sur lui-même, et lorsqu'ils réalisèrent ce qu'il faisait, il était trop tard !

- KAITTEN ! LE TOURBILLON DIVIN !

Les shinobis les plus proches furent découpés en morceaux avant de s'effondrer, mutilés ou morts, tandis que les autres furent rejetés au loin ! Ils n'échapèrent pas pour autant au courroux de Kyûji, qui apparut à côté d'un autre kunai et trancha la tête de plusieurs d'entre eux, avant de disparaître à nouveau pour ressortir de l'autre côté. Il fit quelques mudras, et chargea son poing de chakra Katon. La haine avait prit le contrôle. La Furie était maître de lui. IL n'était plus homme. Il était démon. Les Hyûgas virent l'avatar de colère qu'il était devenu décrire une courbe parfaite dans le ciel, avant de frapper un ninja au torse. Le temps semblait suspendu. Ils n'eurent pas le temps de réagir.

- KATON ! L'ATEMI DESTRUCTEUR DE L'OEIL BLANC !

La déflagration rasa les maisons qui se trouvaient à moins de deux cents mètres, emportant dans la tombe toutes les personnes qui s'y trouvaient ! Les flammes illuminèrent le ciel, visibles de tout le village ! Le bruit et la vague de chaleur se propagèrent partout, alertant tout Konoha de l'attaque ! Lorsque la fumée se dissipa, Kyûji était debout. Et il était presque le seul.

Tous les Hyûgas étaient morts, gisants dans le cratère tels des marionnettes auxquelles on aurait coupé les fils, brûlés au quatrième degré. Seuls 2 hommes et une femme avaient survécu. Et ils se tenaient devant lui, anéantis. Le petit cercle autour d'eux indiquait qu'ils avaient utilisé Kaitten avant l'explosion, chose à laquelle Kyûji ne s'attendait pas.

"Quelle puissance... Résister à une telle attaque... Ils sont forts. Très forts."

Un homme et la femme fuirent, mais Kyûji ne fit rien pour les rattraper. Devant lui, droit et solennel, se tenait le seigneur des Hyûgas. Il avait enlevé son kimono, et portait une tenue de combat blanche. Il était l'exact opposé de Kyûji. Les deux ninjas se regardèrent intensément. Puis Kyûji prit la parole.

- Je vous ferai souffrir autant que vous m'avez fait souffrir... Hitaro... Mon père... Il était de la Bunke. Et alors que... Je... Ma mère... était de la Soke, et pourtant, je devais moi aussi être de la Bunke. Vous ne savez pas ce que c'est... Vous ne comprendrez jamais ce que c'est ! Vous avez sali l'honneur de ma mère ! Et vous l'avez tuée ! Je vous hais... je vous hais tant...

Il ferma les yeux, et reprit d'une voix dure :

- Aujourd'hui, Hinata Hyûga sera vengée. Et de la main de son propre fils.

____________________________
-> Paroles et pensées de Kyûji
-> Paroles et pensées de Kyuji dans son moi intérieur (Kyuubi) et flash back
-> Paroles de Kyuubi
-> Paroles des autres personnes


L'Ombre et la Flamme... -> LE BALROOG !!!
Forum RPG Naruto - Senkai no Shinobi - SNS - Forum RP Naruto


Dernière édition par Kyûji Hyûga le Ven 13 Mai - 11:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu



Messages : 13
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: Les serments seront brisés...   Jeu 12 Mai - 20:32

La nuit était belle et calme. La lune, totalement dégagée offrait une nette vision de cet univers totalement différent. Là où Konoha était une ville fourmillante d'activité, la nuit, elle semblait être un havre de paix. Un havre de paix où chaque peuple, chaque clan, chaque être vivant faisait la même chose : Se reposait afin de pouvoir, le lendemain, aider au mieux son village. Ainsi était fait le village caché de la feuille en cette nuit noire comme l'encre où un nombre incalculable d'étoiles s'affichaient fièrement. Néanmoins, Douyjin , le chef actuel des Hyuga, dit « grand seigneur Hyuga » , maître absolu de la Soke et de la Bunke, avait un mauvais pressentiment. En effet, selon lui, toute chose était marquée dans les étoiles et aujourd'hui, les astres ne prévoyaient rien de bon.

Douyjin , appuyé contre son balcon écoutait avec délectation le bruit léger des criquets et des crapauds buffles qui chantaient en harmonie dans la nature, sachant pertinemment qu'il devrait d'un moment à l'autre les quitter. Comme pour répondre à sa pensée, un bruit sourd suivit de l'effondrement de plusieurs bâtiment, perturbèrent alors le doux silence que la nuit avait jusqu'alors abordé. Des cris de souffrance percèrent ensuite la nuit bleutée. Ne suivant que son instinct de leader du clan, Douijin utilisa une technique de déplacement instantanée et , comme la plus part des autres membre du clan, arriva sur la scène du crime. Debout, sur un madrier noirci par les flammes, Kyûji dominait les hommes qui l'avaient jadis traqué. Il tenait dans sa main droite un bébé. Et il ne souriait plus. Il prit la parole de la voix double qu'il avait déjà utilisée auparavant :


- Que le seigneur de ce clan se montre, et expie ses méfaits, ou cet enfant mourra !


- Alors comme ça, Kyûji, tu es revenu parmi nous pour te venger, n'est-ce pas ? hurla Douijin en signe de soumission.

Néanmoins, la déclaration n'eut pour seul effet que d'attiser la colère du jinchuriki qui déchiqueta alors l'enfant d'un simple geste et utilisa ensuite une puissante technique de téléportation similaire à celle qu'avait jadis utilisé le 4ème hokage afin de semer la mort un peu partout dans les guerriers Hyugas. Néanmoins, cette série de meurtre n'était rien en comparaison de l'attaque qui suivit : Kyuji effectua alors un puissant jutsu de type Katon. Instinctivement, une vingtaine de Hyuga exercèrent le tourbillon divin mais la pluspart furent calcinés par l'ampleur de l'attaque.
Devant lui, se trouvait un cratère immense dans lequel d'innombrables cadavres gisaient , un rictus de souffrance horrible, agrafé à jamais sur le peu de visage qu'il leur restait de la déflagration. Au centre de ce même cratère, trois shinobis se trouvaient là : Douijin et Sokari, son unique fils, ainsi que Ino, une femme. Ils étaient visiblement les seuls survivant. Le vétéran regarda s'éloigner l'unique espoir de survie de leur famille tandis qu'il écoutait d'une oreille distraite les plaintes dignes d'un enfant du jeune Kyûji .

-Je vous ferai souffrir autant que vous m'avez fait souffrir... Hitaro... Mon père... Il était de la Bunke. Et alors que... Je... Ma mère... était de la Soke, et pourtant, je devais moi aussi être de la Bunke. Vous ne savez pas ce que c'est... Vous ne comprendrez jamais ce que c'est ! Vous avez sali l'honneur de ma mère ! Et vous l'avez tuée ! Je vous hais... je vous hais tant... … Aujourd'hui, Hinata Hyûga sera vengée. Et de la main de son propre fils.

Instanément, le vieil homme dut admettre que le jeunot avait surpassé de beaucoup la maitrise habituelle du byakugan et des techniques qui lui étaient liées : Le jeune homme, d'un simple bond, soulevant un immense nuage de poussière, supprima la distance qui le séparait de sa future victime. Néanmoins, le jeune Hyuga ne frappa pas dans son élan , voulant bien démontrer sa suppériorité, marqua une légère pause, puis, esquissant un sourrire, frappa de toute sa force. Une gigantesque explosion de cendre eut alors lieu ! Douyjin avait réussit, grâce à ce temps de pause, à anticiper l'attaque mais la suivante ne serait surement pas aussi simple à esquiver ! Contre toute attente, alors que la cendre n'était pas encore retombée et que l'air était aussi épais que possible, un Kunai sortit de la fumée à l'endroit exacte où se trouvait le visage du vieil homme. Ce dernier, par la force de son œil avait anticipé cette prévisible petite attaque et avait simplement décalé la tête puis s'était remis en position initiale. Néanmoins, une seconde après le jet du Kunai, un bruit de déchirement de l'air surgit dans le dos de Douyjin ! Ce dernier, s'était préparé à esquiver n'importe quelle attaque de la part de son opposant car il avait fixé son squelette à travers la fumée néanmoins, il ne s'était aucunement préparé à recevoir une attaque dans son dos ! La surprise fut si grande que Douyjin n'eut le temps que de limiter les dégâts en encaissant le choc de son coté au lieux de tout se prendre en plein tempe. Un craquement sourd retenti alors : Plusieurs cotes du vieux avaient été broyées. Ce dernier avait traversé la nouvelle étendue de cendre et s'était lourdement écrasé contre un mur qui, étonnement, jusque là tenait encore debout après avoir rebondit violemment sur le sol sur une centaine de mètre. Le choc avait été violent mais il était encore en vie. Se relevant péniblement, le vieil homme apperçut le regard rougit de Kyuji ainsi que ses traits tendus. Coincé sous une planche de bois qui lui avait brisé les jambes, il ne restait au vétérant que la parole pour essayer d'atteindre le peu d'humain qu'il restait alors en lui :

-J'ai peut être été immonde … mais, crois tu réellement être moins condamnable que moi ? Après tout, c'est entièrement ta faute si tout cela arrive : Tu as refusé de ton plein gré de porter la marque de la bunke. C'est donc à cause de toi et de toi seul que tes parents sont morts. Enfin … kof kof kof [Le vétérant crache alors du sang sur le sol] c'est à cause de toi et de personne d'autre que tu as tué tous ces gens. Tu l'as fait de ton plein gré tandis que moi je l'ai fait pour instaurer la justice. De plus … ne me ressorts pas l'excuse de la Bunke et la Soke , tu les as tous tués. Je te poses une question, une seule et ensuite, libre à toi de me tuer : Crois tu réellement que si il y a un endroit après la mort , ta mère que tu chéris tant, te regarde avec fierté de là bas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyûji Hyûga
Administrateur
♣ Démon Hyûga
Déserteur de rang SS
○Acharné du Clavier
♠ Administrateur♣ Démon Hyûga♦ Déserteur de rang SS○Acharné du Clavier
avatar

Messages : 467
Date d'inscription : 24/08/2010
Age : 23

MessageSujet: Re: Les serments seront brisés...   Jeu 12 Mai - 21:27

-J'ai peut être été immonde … mais, crois tu réellement être moins condamnable que moi ? Après tout, c'est entièrement ta faute si tout cela arrive : Tu as refusé de ton plein gré de porter la marque de la bunke. C'est donc à cause de toi et de toi seul que tes parents sont morts. Enfin … kof kof kof [Le vétérant crache alors du sang sur le sol] c'est à cause de toi et de personne d'autre que tu as tué tous ces gens. Tu l'as fait de ton plein gré tandis que moi je l'ai fait pour instaurer la justice. De plus … ne me ressorts pas l'excuse de la Bunke et la Soke , tu les as tous tués. Je te poses une question, une seule et ensuite, libre à toi de me tuer : Crois tu réellement que si il y a un endroit après la mort , ta mère que tu chéris tant, te regarde avec fierté de là bas ?

Kyûji le regarda avec un air dédaigneux. Il répondit sèchement :

- Ma mère est morte. Elle ne m'a jamais regardé depuis 20 ans. Elle n'a jamais pu être fière de moi. Et c'est de votre faute.

Douyjin secoua la tête, un rictus de mépris sur le visage. Kyûji se jeta alors sur lui, et le saisit à la gorge ! Lentement, il le souleva de terre de sa main gauche, et l'amena à hauteur d'yeux. Jamais encore il n'avait haï un homme à ce point.

- C'est ça, méprisez-moi ! Vous serez moins insolent, une fois dans l'autre monde !

Alors que le visage de son adversaire se raidissait, dans une expression de résignation, Kyûji lui sourit. Mais pas un sourire aimable. Le genre de sourire à vous glacer le sang, qui vous fige sur place, vous paralyse jusqu'au bout de vos membres, et vous gèle les entrailles. Le genre de sourire qui annonce quelque chose de pire que la mort.

- J'espère que vous n'aviez pas l'intention d'accepter le trépas, car vous allez être déçu. Je ne vais pas vous tuer. Non... Je vais vous faire souffrir, autant que vous m'avez fait souffrir. Si c'est possible, évidemment. Mais je pense pouvoir y arriver.

De sa main droite, il sortit un livre de son dos. Douyjin reconnut instantanément la couverture, et son visage devint subitement livide. La peur venait de paralyser son corps et son esprit. Il ne pouvait assister qu'impuissant à sa damnation éternelle. Kyûji ne lui laissa pas le temps dont il aurait eut besoin pour reprendre son calme, et poursuivit sa vengeance, torture après torture.

- Dans ce livre se trouve tous les jutsus de Fuinjutsu du clan. Et évidemment, seule la Soke y avait accès. Maintenant... Vous allez goûter à ce que vous avez infligé depuis la nuit des temps à la branche inférieure. Le sceau de l'oiseau en cage.

Il ouvrit le grimoire de son pouce, et jeta un oeil moqueur à son ennemi.

- Je risque d'avoir besoin de mes deux mains. Vous ne verrez pas d'inconvénient à ce que je vous emprunte la votre, n'est-ce pas ?

Jetant le livre sur les planches fumantes, ouvert à la bonne page, il saisit la main gauche de Douyjin et commença à composer les mudras. Le teint de sa victime vira au blanc crayeux, mais Kyûji ne le regardait même pas. Il était concentré. Terriblement concentré. Au bout de quelques minutes, cependant, il composa le dernier signe, et prononça l'incantation d'une voix forte, ensuite, il posa sa main sur le front de l'homme qui avait jadis été le maître de la maison des Hyûgas, qui poussa un hurlement de terreur ! Kyûji cria au dessus du gémissement, et envoya résonner dans la cité le mot qui sonna le glas de Douyjin :

- FUIN !

Sans grande lumière, explosion ou aura étrange, un symbole en forme de croix se forma alors sur son front, de couleur noire, opaque, et ténébreux. Épuisé, le vieil homme s'effondra. Kyûji, lui, était envahit par un sentiment de vengeance enfin assouvie ! Il ne s'était jamais senti aussi bien, aussi libre ! Il avait tant souffert, mais enfin, venait sa vengeance ! Il regarda sa victime, et prit la parole.

- Te voilà maintenant victime du sceau de la Bunke. Sache que je t'empêcherai de te tuer, car je transformerai chaque seconde de ton existence en souffrance absolue si jamais tu essaies. Pour te donner un aperçu de ce qui t'attendrais...

Il fit un simple mudra, et son ennemi se tordit de douleur au sol ! Il s'agitait, hurlait, poussait des gémissements de souffrance inimaginable ! Il se mit à gratter la terre, se tenir le crâne ! Rien ne semblait pouvoir le délivrer de ce supplice. Kyûji, lui, était au mieux de sa forme ! Enivré par la douleur de sa victime, il riait à s'en déboîter la mâchoire, et regardait le ciel de ses yeux rouges, comme s'il l'appelait à venir se joindre à eux ! Le chakra du démon l'entoura, et sa cicatrice se referma lentement, jusqu'à disparaître entièrement. Il Ferma le poing, et interrompit la technique. Son aura disparut. Un sourire cruel se dessina sur ses lèvres minces.
Au bout d'une minute qui lui parut interminable, Douyjin s'immobilisa. La douleur était partie. Il était en nage, et haletait. Un sifflement aigu sortait de ses poumons. Il essaya de parler, mais il n'y arriva pas. Crier lui avait éteint la voix temporairement, tant ses hurlements avaient été stridents. Il tenta vainement de se lever, et se recroquevilla sur lui-même. Il jeta un oeil à son bourreau, qui le fixait en souriant.

- Maintenant, tu as intérêt à m'obéir au doigt et à l'oeil, et ce, sans te tuer, sinon tu subiras ce que tu viens d’appréhender seulement. Maintenant, lèves-toi. Nous quittons Konoha.

Grisé par la puissance formidable qu'il possédait, il écarta les bras, et poussa un long hurlement de victoire qui se répercuta dans Konoha avec un écho sinistre, alors que la fumée noire qui s'élevait des décombres de l'ancienne bâtisse montait toujours plus haut dans le ciel clair de la nuit étoilée...

____________________________
-> Paroles et pensées de Kyûji
-> Paroles et pensées de Kyuji dans son moi intérieur (Kyuubi) et flash back
-> Paroles de Kyuubi
-> Paroles des autres personnes


L'Ombre et la Flamme... -> LE BALROOG !!!
Forum RPG Naruto - Senkai no Shinobi - SNS - Forum RP Naruto
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazeigan Gutari
Fondateur
♣ Hokage
Epéiste des Flammes
○ Chicaneur de Première
♠ Fondateur♣ Hokage♦ Epéiste des Flammes○ Chicaneur de Première
avatar

Messages : 361
Date d'inscription : 24/08/2010
Age : 23
Localisation : En guadeloupe, isolé de vous tous :(

MessageSujet: Re: Les serments seront brisés...   Jeu 12 Mai - 22:36



Les serments seront brisés

En cette nuit, belle, calme et pure, un être a décidé de ne pas dormir : Kyuji Hyuga préfère accomplir le noir dessin de sa vengeance. En effet, en cette nuit pourtant si belle, il a sacagé, détruit et atomisé chaque batiment portant l'emblème "Hyuga". Mais, pire que sa, il extermine, sans discrimination, un a un chaque Hyuga afin de lui faire payer sa douleur passée. Les explosions se multiplient au sein du village caché de la feuille et les morts sont si nombreux qu'on ne peut compter le nombre de victimes. Mais, comment va réagir le Hokage face à cet affront ?







-Je suis désolé de vous décevoir, Gutari-sama mais, comme vous l'avez dit vous même : Un vrai Juunin n'abandonne pas ! De plus, si , comme vous le dites, je n'ai pas le niveau, vous l'avez dit vous même au court de l'examen, je mourrais alors, je serrais vous, j'attendrais gentillement que l'on me tue plutôt que vous fassiez tout le sale boulot en risquant ainsi de vous faire pendre pour homicide. En résumé, ne vous en faite pas pour moi , tout se passera comme cela doit se passer.

-Aha ha ha ah ! Tu es le douzième à qui je rends visite aujourd'hui et , je dois avouer que ce petit numéro m'a fait rire à chaque fois. Néanmoins, histoire de redevenir plus sérieux, En ce jour, Gomiko Hiroman , je te déclare, et ceux, par les pouvoirs qui m'ont été attribués lors de mon sacrement en tant que Kyudaime Hokage , Juunin à part entière de Kiri. Toi, ton sensei et tes amis, vous êtes libres de quitter Konoha quand bon vous semblera et …

A ce moment précis, une explosion d'une ampleur considérable ravagea une grande partie de la ville. Le clone du Hokage explosa sous la puissance du vent chaud dégagé par la déflagration. Laissant Hiroman, seul et perplexe , assis sur l'un des lits de l'hotel dans lequel il séjournait depuis le début des examens.

Kazeigan leva la tête du corps inerte qu'il avait ramené dans l'hopital de Konoha depuis peu . De toute façon, son travail était presque achevé alors … Une explosion avait visiblement ravagée toute une partie du village, il fallait donc agir , agir bien et surtout, agir vite ! Tatant son coté, Kazeigan découvrit avec stupeur qu'il avait oublié son épée Koutenken. Il lui fallait la retrouver au plus vite si il voulait affronter le monstre qui avait causé ce désastre. Immédiatement, il comprit qu'il avait laissé son épée dans la salle où la seconde épreuve avait eu lieu. Il avait dut l'oublier là bas, après la mise au point du plan concernant le dernier test. Quatre à quatre, le hokage monta les marches de l’hôpital jusqu'à se retrouver en un rien de temps en haut du toit , sur une plate-forme qu'il avait faite aménager pour ce genre de circonstances. Habitué à ce genre de figures acrobatiques, l'épéiste s'élança dans les airs, planant pendant quelques instants, puis, faisant un saut de l'ange, se substitua à une branche de la forêt qu'il apercevait au loin. Immédiatement, son corps se supprima, non pas comme les clones lorsqu'ils explosent mais plus comme les victimes du Kamui de Kakashi . Néanmoins, ce que personne ne put deviner, c'est que Kazeigan n'était non pas la victime de ce jutsu mais l'inventeur de ce jutsu lui même ! En effet, il apparut dans la forêt au moment même où il avait commencé à disparaître de sa position initiale !

Courrant à toute allure, le Kyudaime fonça vers le temple qui avait servi pour l'examen puis, entrant plus vite que son ombre, il récupéra son arme qui était sagement posée sur la chaise où il se trouvait quelques heures auparavant puis retourna au village de la même manière qu'il l'avait quitté : par la substitution !

En un rien de temps, Kazeigan atterrit à l'endroit le plus haut du village : les neuf têtes de pierre qui surplombaient le village caché de la feuille. Là, alors qu'il ne s'y attendait pas, deux Hyuga qui étaient dans un piètre état, l'attendaient.

-Maitre Hokage, nous avons une information de la plus grande importance à vous transmettre : L'un des notres, un Hyuga dont vous ne vous souvenez probablement pas car vous avez le approximativement le même age et il a déserté à l'age de six ans. Bon, toujours est il qu'il possède une force et une rapidité surhumaine ainsi que des jutsu spatio-temporels similaires aux votres . Son nom est …


-Kyuji Hyuga.

Avant que les deux hyuga ne puissent acquiesser, Kazeigan s'était déjà téléporté sur les lieux du drame. De la citée Hyuga, probablement la plus raffinée de Konoha, ne restait plus qu'une tas lamentable de cendre duquel sortaient irrégulièrement des têtes plus ou moins recouvertes de chaire calcinée. Au centre de ce carnage, se trouvaient deux hommes. L'un , d'une soixantaine d'année était à genoux et semblait souffrir tous les maux du mondes tandis que l'autre, le visage tendu, debout devant le premier, riait à pleine gorge tel un loup qui hurlait afin de prouver qu'il avait enfin attrapé sa proie.

-Bon, et bien, au moins, après cet événement , tout le monde saura à quel point … tu as une voix qui porte !

Sourrire aux lèvre, Kyuji se tourna alors vers son plus vieil ami.

-Alors comme sa, tu as décidé de te rebeller ? Je ne sais pas si tu te souviens mais au départ, si je t'ai laissé vivre, ce n'est que parce que tu m'as juré de ne jamais toucher à Konoha !

Kazeigan disparut alors . Il ne s'était non pas déplacé plus rapidement que la lumière à l'aide du déplacement instantané mais avait fait bien mieux : Utilisant pour la énième fois son pendentif durant la journée, le hokage s'était substitué au chef de clan qui était jusqu'alors à à peine un mètre du jinchuriki enragé. Non pas une seconde plus tard ni même un milliardième de seconde plus tard, mais bel et bien instantanément, le hokage manchot était réapparut, tête en bas, appuyé avec sa main gauche sur le sol, projetant son pied à une vitesse déconcertante vers son ami. Se dernier se prit de plein fouet l'attaque. Ou du moins, le pied de kazeigan heurta la poitrine de Kyuji. En effet, on ne pouvait pas réellement parler d'une attaque portée car le Hyuga n'en avait même pas été affecté. Une seconde de stupeur se déroula alors sans que ni l'un ni l'autre ne bougea. Néanmoins, courroucé que son ami l'ait « trahit » en se mettant en travers de sa vengeance si parfaite, Kyuji décida de faire payer à cet inconscient sa lourde erreur. Sans faire le moindre geste , une aura orangée l'enveloppa soudainement, projetant sur une vingtaine de mêtre l'Hokage. La voie étant libre, Kyuji se remit à marcher lentement vers son ennemi juré : Le seigneur Hyuga. Mais, alors qu'il était à porté de main de ce dernier, le jinchuriki ressentit un choc indeffinissable dans le dos qui le fit basculer à la renverse vers le sable noir. Se relevant, il apperçut son ami, debout devant lui, avec des yeux dorés marqués d'un gros trait noir central.

-Ne t'attends pas à ce que me battre soit une chose aisée : Je suis tout de même le meilleur ninja de Konoha. Si à un moment quelconque tu as put te croire suppérieur à moi, tu t'enfonces le doigts dans l'oeil et ce jusqu'au coude ! J'ai de nombreux atouts dans mon jeu que tu auras, malheureusement pour toi, énormément de mal à parer et qui pourraient bien s'avérer mortels.

(c) mise en forme roleplay par Never-Utopia






Dernière édition par Kazeigan Gutari le Mar 24 Mai - 15:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://senkainoshinobi.forumgratuit.org
Kyûji Hyûga
Administrateur
♣ Démon Hyûga
Déserteur de rang SS
○Acharné du Clavier
♠ Administrateur♣ Démon Hyûga♦ Déserteur de rang SS○Acharné du Clavier
avatar

Messages : 467
Date d'inscription : 24/08/2010
Age : 23

MessageSujet: Re: Les serments seront brisés...   Dim 15 Mai - 22:00

Kyûji lui lança un regard de défi. Il n'avait pas peur. Il n'aurait plus jamais peur. En souriant, il regarda le seigneur des Hyûgas. Il lui fit un signe que Kazeigan ne put voir, et continua de fixer son maître. Il savait que son esclave ne pourrait vaincre le Hokage, mais il lui fournirait la diversion dont il aurait besoin pour l'abattre. Cela serait sûrement facile, il n'en doutait pas un instant.

- Je sais tout de vous. Tout ce que vous m'avez caché, je l'ai découvert. Vous ne me prendrez plus par surprise.

Bien entendu, tout cela était faux. Kyûji ne s'attendait pas à ce que son maître acquiert une force et une vitesse supérieure à la sienne, chose pour laquelle il le surpassait, et de loin. Mais faire croire à Kazeigan que ses techniques secrètes ne l'étaient plus le déstabiliserait, et l'induirait en erreur. Loin d'être l'arme fatale de Kyûji, cette stratégie pouvait, comme l'emploi de Douyjin, ouvrir une faille dans la garde du Kage, et il prendrait chaque opportunité de se faciliter la tâche.

Se détournant de Kazeigan, il se mit à marcher dans les décombres. Au bout de quelques secondes, il s'arrêta, et plongea la main dans la cendre. Lorsqu'il la ressortit, il tenait un sabre noir, de belle facture, mais qui semblait ancien, sans pour autant fragile. Kyûji regarda à nouveau son ancien maître. Il lui jeta un regard amical, comme si rien ne s'était passé. Il prononça d'une voix calme, presque inaudible :

- Vous savez aussi bien que moi que votre but est vain... Tout comme celui de Shin. Il parle en dormant... expliqua-t-il devant l'oeil surpris du Kyûdaime, cela ne fut pas très difficile de l'apprendre. Détruire les haines... Protéger Konoha... Tout cela est si puéril. Uzumaki Nanadaime a essayé d'accomplir ces deux utopies en même temps. Il est mort le sourire aux lèvres. Mais pensez-vous sincèrement qu'il a réussi quand vous observez ce paysage dévasté ? La haine est part intégrante de l'homme. On ne peut la détruire.

Kazeigan répondit d'une voix atone :

- Crétin ! Tu sais aussi bien que moi que la haine qui a prit part dans ton cœur n'est pas la tienne, mais celle de Kyûbi ! Il a noirci ton âme, qui déjà était fort sombre ! Tu arrivais à contenir ta rancœur, et lui t'as poussé à laisser libre cours à ta colère ! Pourquoi l'as-tu laissé faire ?

- Parce qu'il avait raison.

La réponse, cinglante, cloua le bec au Hokage. Kyûji le regarda, puis fixa la lame du sabre qu'il venait de déterrer.

- Je n'aurai jamais dû me cacher, je n'aurai jamais dû oublier... J'ai oublié l'honneur de mes parents, j'ai oublié le mien... Je viens de rétablir l'honneur de ma famille, et j'en suis fier. La vermine que je viens d'exterminer ne méritait pas de vivre. Elle méritait seulement la mort. C'était la seule manière pour eux d'expier leurs fautes. Ils étaient tous coupables. Et ceux qui ne l'étaient pas... L'auraient été. Ma vengeance n'est pas terminée, c'est pourquoi je vous demanderai de me laisser. Je ne tiens pas plus que ça à vous tuer...

Brandissant son sabre, et se mettant en garde, il reprit une voix dure, et asséna fermement :

- Mais si vous vous interposez, je vous ouvrirai le ventre, et déverserai vos entrailles devant la cité. Cette lame fut celle de mon père. Je vais lui faire goûter de nouveau au sang humain.

De sa main gauche, il prit 5 shurikens, qu'il lança sur la gauche de Kazeigan ! En même temps, il se jeta à droite, tout en laissant un parchemin explosif attaché à un kunai, planté dans le sol là où il se trouvait auparavant. Byakugans activés, tempes contractées, il était prêt à verser le sang de la personne qu'il avait appelé "ami". Alors qu'il pensait que son maître se jetterai en avant pour éviter les shurikens, ce dernier permuta sa place avec le parchemin explosif, parchemin auquel Kyûji se téléporta, comme il l'avait prévu pour attaquer Kazeigan et le surprendre ! Voyant le parchemin fumer et les shurikens fondre sur lui, il n'eut que le temps d'employer sa technique héréditaire, tel un réflexe !

"KAITTEN !"

Les armes furent projetées au loin, l'explosion s'effaça sur le dôme bleuté, puis Kyûji s'immobilisa. Ricanant, le Kyûdaime lui jeta un regard moqueur. C'en était trop pour Kyûji, qui décida d'accélérer la cadence ! Si son ancien maître maîtrisait à la perfection les techniques spatio-temporelles, Kyûji le battrai sur son territoire favori : la vitesse. Il lui suffisait de demander un peu de force au démon...

...

- Alors comme ça, le moment est enfin arrivé... Je suppose que tu as besoin de mon chakra.

- Disons que c'est un emprunt, dit Kyûji avec un sourire narquois.

- Petit arrogant... Tu regretteras tes moqueries quand je te découperais de mes griffes. En attendant... Tiens ! Et sois sans pitié !

La vague d'énergie rouge sang enveloppa alors le Hyûga, qui l'accueillit les bras en croix, comme s'il était heureux de ce présent démoniaque...

...

Les yeux du jeune homme prirent alors une teinte sanguine, et une aura orangée se forma autour de lui, le recouvrant tel un manteau. La puissance qui se dégageait de Kyûji était telle que même Kazeigan eut un mouvement de recul. Montrant ses dents devenues pointues, le Hyûga fondit sur son adversaire. Ayant prévu l'attaque, le Hokage n'eut aucun problème à l'éviter en permutant sa place avec celle d'un caillou au loin, mais malgré tout, il fut sidéré de la vitesse avec laquelle son élève avait parcouru la distance qui les séparait ! Alors qu'il était encore abasourdi, il fut frappé au sternum, et plaqué contre un arbre avec une violence inimaginable ! L'écorce plia, le tronc se fissura rapidement, et sous la puissance de l'impact, se brisa en deux ! Kazeigan passa alors au travers, et alla se fracasser contre le tronc du suivant, qui vacilla sous le choc !

Le sabre planté dans le bras droit de son adversaire, le visage à une vingtaine de centimètres de celui de Kazeigan, Kyûji se tenait là. En une fraction de seconde, il avait détecté son maître à l'aide de ses yeux, et l'avait rattrapé avant de lui asséner un simple coup de poing ! Le Kyûdaime pensait que le démon avait une puissance folle. Il avait tort. Sa puissance était infinie.

Kyûji sourit en remuant sa lame dans le bras de son ennemi, mais le sourire se transforma en grimace lorsqu'il vit que le bras en question n'était autre que l'amalgame d'acier qui tenait lieu de bras droit à Kazeigan. Prenant une grande inspiration, ce dernier repoussa alors Kyûji d'un uppercut bien placé, qui alla tournoyer dans les airs avant de retomber accroupi au sol. Il semblait n'en avoir même pas été affecté. Une étincelle de malice dans les yeux, Kyûji jeta un dernier regard à son maître avant de disparaître ! En effet, c'est avec stupeur que le Hokage se rendit compte qu'ils s'étaient éloigné de Douyjin, coup après coup. Kyûji avait tout prévu.

...

Réapparaissant à côté du kunai qu'il avait planté dans les mains de l'ancien seigneur des Hyûgas à l'aide d'un clone, Kyûji contempla les décombres de la demeure un instant, avant de focaliser à nouveau son attention sur sa victime. Sans perdre de temps, il se mit face à l'homme qui, suspendu par les mains à un madrier qui sortait des ruines de la maison, tentait tant bien que mal de se libérer. Sans aucune pitié, il arracha alors l'arme de sa chair, le laissant s'écrouler au sol avec un bruit mat. Kyûji le releva avec sa main gauche, la droite tenant toujours le sabre noir d'ébène. Le regard qu'il lui jeta était tellement chargé de haine qu'il aurait suffit à faire mourir de terreur n'importe quel homme de constitution fragile. Il prit la parole, et Douyjin sut ce qu'était véritablement la Peur.

- Finalement, je me suis rendu compte que je n'ai pas besoin de toi. Me bâtir une armée en utilisant le sceau est contraire à tout ce que j'ai défendu. Néanmoins... Ce sceau a été le début de mes souffrances. Il sera la fin des tiennes. N'espère pas avoir une mort douce : je vais faire en sorte que nul mortel ne connaisse une fin pire que la tienne !

La douleur se glissa alors dans chaque veine et méridien du corps du vieillard, qui, d'abord paralysé comme lors d'une douche glacée, se mit ensuite à pousser des hurlements inhumains ! Ses yeux exorbités, on aurait dit qu'il subissait une décharge électrique de plusieurs milliards de Volts ! Il se débattait, tirant et griffant la main de Kyûji qui exerçait une pression autour de sa gorge, lacérant la chair de ses ongles, qui, grâce au chakra du Bijuu, cicatrisait instantanément ! Son supplice semblait ne pas avoir de fin, sa souffrance dépassant tout ce qui aurait pu être imaginé. Kyûji, lui, se délectait de chaque seconde de torture, de chaque goutte de douleur, de chaque instant de terreur ! Tel un amateur de vin savoure un grand cru, Kyûji s'enivrait des souffrances de Douyjin, savourait sa victoire ! Jamais encore il n'avait connu de pareilles sensations ! Il aurait voulu que cela dure éternellement.

Au bout de plusieurs minutes de supplice ininterrompu, Kyûji aperçut Kazeigan, qui, horrifié, contemplait la scène avec impuissance. Kyûji éclata alors de rire, renforçant sa prise sur le cou du vieux, et profitant de ce sentiment de supériorité qui l'envahissait ! Soudain, Douyjin Hyûga s'arrêta de crier. Il n'avait plus aucune voix. Avec difficulté, il prononça le mot "pitié". Le jeune homme, souriant, mit fin à la technique, délivrant le vieil homme de ses souffrances. Mais alors que ce dernier allait prononcer un vague remerciement, ou de vaines excuses, la lame noire du sabre de Kyûji se teinta subitement de rouge, et ses mots se coincèrent dans sa gorge. L'arme plantée dans la poitrine jusqu'à la garde, il ne semblait pas réaliser l'ampleur de sa blessure. Il était simplement tétanisé par la douleur. Son ennemi, plus grand Hyûga de tous les temps, le contemplant tel une larve misérable, se rapprocha alors, et lui souffla à l'oreille :

- Puisses-tu pourrir en enfer. J'espère que tu y souffriras plus encore que je n'ai pu le faire.

Et, lâchant la poignée de son sabre, Kyûji forma un simple mudra de la main droite. Le vieil homme poussa un ultime hurlement d'une voix stridente, dernier souvenir laissé par son humble personne au village de Konoha, et mourut enfin, les neurones annihilées en une seconde d'infinie souffrance.

____________________________
-> Paroles et pensées de Kyûji
-> Paroles et pensées de Kyuji dans son moi intérieur (Kyuubi) et flash back
-> Paroles de Kyuubi
-> Paroles des autres personnes


L'Ombre et la Flamme... -> LE BALROOG !!!
Forum RPG Naruto - Senkai no Shinobi - SNS - Forum RP Naruto
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinsaku Nara
Junin de Konoha
♣ Sadomaso invétéré officiel

♠ Junin de Konoha♣ Sadomaso invétéré officiel
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 15/09/2010
Age : 23
Localisation : Poitiers

MessageSujet: Re: Les serments seront brisés...   Mar 17 Mai - 20:07

La nuit était déjà bien avancée lorsque je me recouchais. Étendu ainsi sur mon petit lit simple, je repensais aux évènements de l’heure passée tout en regardant les étoiles qui scintillaient derrière les carreaux sales de ma fenêtre. Je pensais tellement que j’en oubliais de m’endormir. Je me répétais sans arrêt les mêmes choses dans ma tête.

« Une technique d’invocation, rien que ça. C’est Kyûji et Kazeigan qui vont être surpris. J’ai hâte de voir leur tête. Et en plus je suis Juunin. Et j’ai parlé à un corbeaux ! »

« Tu parles bien tout les jours à un serpent petit frère. »

Shizu avait parlé avec une affection que moi seul pouvais ressentir. Je devais bien l’amuser pour qu’elle m’appelle petit frère. Son malice se lisais sur ses beaux yeux turquoises, beaux à en faire pâlir un ange. Elle dormait comme à son habitude dans un gros crane de marbre blanc creux, ne laissant seulement ses yeux luire à la lumière des étoiles à travers l’un des orifices du crane.

Pendant une demi-heure, nous discutâmes ensemble des nouvelles stratégies adoptables grâce à l’invocation des corbeaux. Un sujet fort passionnant qui n’eu aucun mal à me tenir éveillé. Shizu, elle, eu vite fait de se lasser et s’endormit, me laissant seul, rêveur. Me lassant moi-même de ma réflexion, je me mis à parcourir ma chambre du regard. La pénombre qui y régnait lui donnait un caractère mystérieux et troublant. Les multiples babioles gothiques qui recouvraient mes étagères scintillaient comme des milliers de petites étoiles. Mes yeux s’attardèrent sur une petite statuette de pierre noire représentant un démon aux yeux de diamant.

« Kyûbi… »

Mon regard finit par s’arrêter sur le ciel illuminé qui perçait à travers mes carreaux. Alors que je fixais toujours la voie lactée, une étoile filante fusa au dessus des têtes des défunts Hokages.

« Fait un vœux. »

Alors que je la croyais endormie, Shizu avait observé les astres en silence.
Le cœur emplit de bonheur, ne sachant que souhaiter, je pris le temps de réfléchir. Après quelques minutes, je lui répondis enfin.

« J’aimerais que Kyûji retrouve le sourire. »

À ce moment là, un bruit assourdissant accompagné d’un flash lumineux retentis dans les quartiers de Konoha comme si toutes les foudres d’un orage s’étaient abattues en même temps au même endroit.

En un rien de temps j’étais sur le balcon, tentant d’apercevoir la provenance de ce chaos. Malgré la pénombre, l’épaisse fumée noire que je voyais au sud m’informa rapidement sur le lieu de l’incident. Hésitant un instant, je me décidai enfin à invoquer Rek pour qu’il puisse aller voir ce qu’il se passe et me faire un rapport.

« Kokaru Karasu ! »

Dans une petit explosion de fumée blanche, Le corbeau auquel j’avais parlé il n’y a pas plus de deux heures réapparut.

« Rebonjour jeune Nara. À ce que je vois on ne peux plus se passer de moi. Pourquoi m’invoquez vous pendant mon sommeil ? »

« Désolé Rek mais j’ai besoin de toi. Tu vois la fumée là bas ? J’aimerais que tu ailles voir et que tu reviennes rapidement me dire ce qu'il s‘y passe. Ça peut être très important tu sais. »

« Pas de problème jeunot. Je reviens dans 20 secondes. »

En un éclair il décolla et fusa en direction de la fumée. Exactement 20 secondes plus tard il était revenu.

« C’est pas joli joli ce qui se trame là bas. Pleins de morts partout. Mais le Hokage est intervenu pour régler sont compte au meurtrier, pas de souci à se faire. »

« Le Hokage… Tu as pu voir le meurtrier en question ? »

« Non pas vraiment car il était recouvert d’une aura rouge qui dégageait énormément de chakra. »

« Kyûji ! Non ce n’est pas possible ça ne peut pas être lui. »

Pourtant le doute me tiraillait horriblement. Ayant pris ma décision, je pris rapidement mes affaires comme si je partais en mission. Shizu se faufila dans ma manche et s’enroula autour de mon cou. Après toute cette agitation précipitée, je me retrouvait de nouveau sur le balcon.

« Bon, si je me souviens bien papa a dit qu’il faillait dire ça et qu’après ça marchait comme pour Rek. Ok je me lance. »

« Shikyo Bakemono ! »

Cette fois, la fumée blanche inonda tout le balcon. Je me retrouvais dans le brouillard total. Quand celui-ci se dispersa peu à peu, une énorme silhouette noire apparue devant moi. Le corbeau était incroyablement majestueux. Sans gaspiller son temps en paroles inutiles, il pris la parole.

« Monte ! »

J’hésitai un instant puis me résignai enfin à monter sur la bête sachant que ses yeux noirs impénétrables n’attendaient aucun doute de ma part.

« Accroches toi ! »

À peine eu-je saisi le petit duvet qui recouvrait son dos qu’il décolla avec toute la puissance de ses muscles. La rambarde du balcon faillit céder sous la pression. Une fois dans les airs, toutes mes craintes s’envolèrent. Je volais pour la première fois de ma vie et j’aimais ça. J’aimais ça à tel point que je me sentais près à vivre sur le dos de cette animal et de partir à l’aventure sans jamais revenir. Le silence était unique, même les ailes qui fouettaient le vent ne faisaient pas plus de bruit que le doux ronronnement d’un chat. Mais la fumée noire que je vins à traverser me sortit de mes rêveries. Nous étions très haut au dessus de la zone en ruine et je ne pouvais distinguer le moindre signe de vie. Rek volait toujours à mes côtés, ce qui ne manqua pas de me faire remarquer l’invisibilité parfaite des corbeaux dans la nuit. Soudain un cris atroce retentit. Comme si on venait dégorger un homme.

« Essais de te rapprocher tout en restant dans le camouflage de la fumée. Je dois savoir ce qui se passe. »

S’exécutant, le Spectre de l’ombre fit un piquer à travers la fumée et se stabilisa à une vingtaine de mètres du sol. Ce que je vis me laissa sans voix. C’était bien Kyûji. Et il venait d’assassiner un homme, un Hyûga, un des siens. Et le pire c’est que des dizaines et des dizaines d’autres gisaient dans les ruines de la demeure, toutes victimes du même homme. Kyûji Hyûga était mort, seul Kyûbi subsistait.

« Je descends. »

Le corbeau géant piqua sur Kazeigan puis le survola à 5 mètres du sol. Je sautai de ma mouture et atterris à ses côtés, faisant face à mon sensei.

Kyûji… ou plutôt Kyûbi, fit un large sourire mesquin en me voyant atterrir en face de lui. Ses byakugans ne semblaient pas avoir manqué mon grand oiseau ce qui l’amusa d’autant plus.

La haine qui hantait maintenant ces lieux était insupportable à tel point que j’étais pris de multiples tremblements. Perturbé, je me tournai vers Kazeigan.

« Dis… tu penses que le vrai Kyûji est encore là ? »

« Non Shinsaku… Il est mort ! »

« Alors il n’y a plus d’espoir de le revoir. Adieu Kyûji ! Adieu mon ami ! »

Sur ce, je dégainai Sagesse et joignis mes mains au sol.

« Sen’kage ! »

Au moins une centaine de corbeaux se déversèrent dans les décombres de la demeure des Hyûga, entourant le démon de leur vole confus. Je pris une poigné de shurikens que je lançai en direction de Kyûbi. Certains étaient censés frôler la cible pour la rater. Sur ces quelques certains, deux étaient reliés par un fil de nylon afin d’enlacer la cible. Sachant que cela ne suffisait pas, je fis une dernière technique.

« Manipulation des ombres ! »

Je savais que Kazeigan allait m’appuyer dans mon attaque sans que je n’ai à lui demander. Nos attaques combinées favoriseraient la saturation que je considère comme l’un des seuls moyens de vaincre un Hyûga.

…Ainsi se termine une amitié…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazeigan Gutari
Fondateur
♣ Hokage
Epéiste des Flammes
○ Chicaneur de Première
♠ Fondateur♣ Hokage♦ Epéiste des Flammes○ Chicaneur de Première
avatar

Messages : 361
Date d'inscription : 24/08/2010
Age : 23
Localisation : En guadeloupe, isolé de vous tous :(

MessageSujet: Re: Les serments seront brisés...   Mar 17 Mai - 22:17

Kyuji ferma les paupières lentement. Une seconde après, ce fut comme si il avait cédé sa place à une tierce personne que Kazeigan n'avait jamais connu : Cette force, cette vitesse, cette personnalité ... Rien n'était semblable à ce qu'avait été un jour son meilleur ami : Un jeune homme calme et paisible qui respectait avant tout la vie des autres et l'équilibre naturel de la Terre. Mais soit, si il voulait se battre, il se battrait ! La lueur dans les yeux du Jinchuriki avait elle aussi changé du tout au tout : Bien qu'ils se soit battus jusque là d'une manière spectaculaire pour n'importe quel observateur, aucun d'entre eux ne s'était jusqu'alors donné au maximum : ce n'était juste qu'un simple défis jusque là qui ne s'était jamais avéré plus risqué que cela. Mais maintenant, c'était différent : maintenant, Kyubi avait une emprise immense sur Kyuji. Maintenant, il n'y avait plus "d'amis" qui tienne mais seulement des morts et des tueurs. Visiblement, Kyuji avait choisit dans quelle catégorie il se définissait mais ... Si il croyait être le seul à pouvoir se donner à fond en oubliant père et mères, il se mettait le doigt dans l’œil jusqu'au coude ! Kazeigan fronça alors les sourcils puis, afin de montrer qu'il était prêt pour le combat, passa tout son poids dans sa jambe, gauche, préparant ainsi une puissante attaque.

Néanmoins, ce fut le Hyûga qui porta, le premier, l'offensive marquant le véritable combat qui se lançait alors : Le jinchuriki força le hokage à se replier en fondant simplement sur lui à grande vitesse. Comme prévu, le manchot s'éloigna et tomba dans le piège de Kyuji : La première distance parcourue n'avait en réalité jamais servie que d'élan pour foncer sur la seconde où Kazeigan penserait se trouver en sécurité. Ainsi, la seconde suivante, kazeigan percuta de plein fouet un arbre à l'écorce déjà noircie, le déchiqueta puis ébranla un second. Une petite vingtaine de secondes plus tard (faut pas croire mais une petite vingtaine de seconde, en plein combat, c'est long, très long) , kazeigan reprit ses esprit et analysa la situation : à une vingtaine de centimètre à peine, Kyuji nargait Kazeigan en remuant le sabre de son père qu'il avait visiblement planté dans ... dans son bras droit ! Pour la première fois de sa vie, le Kyudaime fut heureux d'avoir perdu ce membre en essayant d'imaginer la douleur qu'il aurait ressentie si tel n'avait pas été le cas. Toujours est il qu'un seconde plus tard, profitant de la proximité de son adversaire, Kazeigan lui envoya un uppercut bien placé qui le fit voltiger à une dizaine de mètre. Malgré tout, au grand désespoir du Hokage, son ami se réceptionna comme si de rien était, accroupi sur le sol. Ce dernier, afin de narguer son ancien sensei , disparut et réapparut, une centaine de mètres plus loin, près du corps du seigneur Hyuga.

Crachant une gorgée de sang sur les cendres seches , Kazeigan frappa le sol de son poing droite : Il avait laissé mourrir son protégé ! Kyuji le lui payerait ! Relevant les yeux, à travers ses cheveux imbibés de cendres et collés par la sueur vers son nouvel ennemi Kazeigan se leva malgré les blessures qu'il venait de subir.

-Kyuji, voici ta dernière chance de rédemption : J'ai pofiné la technique de scellement que j'ai utilisé pour sceller Kyubi en toi et , je pense arriver à diviser son chacra, sa haine et son ame en deux parties plus ou moins identiques, je sais qu'au fond de toi, tu ne voulais pas réellement ...


- Taisez-vous ! Vous n'avez donc rien compris ? Je ne souhaite PAS que kyûbi soit scellé ! Lui me comprend ! Il sait ce que je ressens... Et contrairement a VOUS, lui m'a apporté la PUISSANCE ! Il m'a rendu plus fort, bien plus que vous ne pourrez jamais l'être ! Vos techniques futiles ne font que vous conforter dans l'idée que vous êtes au-dessus des autres... mais c'est faux ! Même les techniques les plus élaborées ne peuvent rien contre l'incarnation même du CHAKRA !



-Je vois ... Ainsi, tu as réellement décidé de te battre jusqu'à la fin. Et bien soit. Mais saches tout de même que la principale chose dont je t'ai parlé en évoquant mes atouts cachés ... c'est ... l’imprévisibilité que Konohamaru-sama m'a légué ainsi que son immense pannel de jutsu !



- Vous ne comprendrez donc jamais que vous vous faites des illusions ? La soit-disante imprévisibilité de Konohamaru et de Naruto n'est en rien la cause de leur succès ! Le premier a bénéficié d'un appui non négligeable, tandis que l'autre... possédait Kyûbi. Vous ne pourrez jamais rien contre LUI ! Vous ne pourrez jamais rien contre MOI !



-C'est ce que nous verrons tout de suite …


Entrant alors en scène de manière pour le moins imprévue, Nara Shinsaku tomba alors du ciel comme si de rien était et demanda simplement en guise d'explication (ou plutôt de « c'est pas le moment de poser des questions ») :

- Dis… tu penses que le vrai Kyûji est encore là ?



- Non Shinsaku… Il est mort ! 


- Alors il n’y a plus d’espoir de le revoir. Adieu Kyûji ! Adieu mon ami ! 



D'un commun accord, Shinsaku et lui partirent à l'attaque : Le jeune juunin commença par invoquer sur son ancien maître un nuage d'une centaine de corbeau aussi noirs que la nuit qui planait alors sur les têtes des combattants, suivi d'une vingtaine de projectiles en tout genre. Enfin, afin de rajouter au combo une touche de ninjutsu, le Nara utilisa une fois encore son jutsu de prédilection : La manipulation des ombres. Instantanément, Kazeigan imagina un stratagème qui lui permettrait de profiter un maximum de ce binôme pour le moins surprenant : Effectuant un murdras, un nuage entier de fumée inonda le terrain, qui, combiné à la foule de volatile, masquait totalement Kazeigan, Shinsaku et la série d'attaques que ce dernier venait de lancer des yeux les plus performants (les byakugans ne verront pas à travers le mur de chacra que représentent potentiellement les corbeaux). L'instant d'après, Shuriken de l'ombre en main, le hokage sortit de l'invisibilité que lui avait procurée ce jutsu , sourire aux lèvres. L'épéiste manchot lança alors le projectile meurtrier sur son ami à une vitesse ahurissante grâce à la force acquise via le senjutsu qui dépassa alors le nuage d'oiseaux.[j'ai modifié de là jusqu'à « l'effet ne tarda... »] La puissance du lancé était telle que le shuriken fumas fendait l'air dans un sifflement strident et dépassa corbeaux et kunais. Kyuji, pas assez fou pour se laisser tenter par l'orgueil et pour attraper le projectile en vol, généra un tourbillon divin géant lui même boosté par le chacra de kyubi qui atteint finalement l'ampleur de 20 m de rayon ! Révélant ainsi sa réelle identité, le shuriken explosa dans un nuage de fumé et se transforma en clone de l'ombre que le hokage avait généré puis auquel il avait confier deux razengans ! Instantanément, le clone reprit appui sur le sol afin de freiner son élan puis s'élança en l'air, puis, de sa main métallique, lança d'un mouvement ciculaire la boule destructrice sur son ami (imaginez quelque chose reliée à un fouet et que l'on lance par l'impulsion circulaire de ce fouet et vous aurez une vague idée du combo réalisé) le razengan, tournoillant alors sur lui même accéléra malgré cette vitesse déjà impressionnante grâce à un effet lifté que lui avait administré le clone puis s'écrasa lourdement sur le bouclier toujours actif du hyuga, lui apportant ainsi de désastreux dégâts. (des dégâts pour le bouclier.) Instantanément, Kazeigan échangea sa place avec sa copie et lui « vola » le dernier razengan qu'il lui restait. Profitant de la fragilisation que le clone avait causé au dome protecteur, Kazeigan força l'entrée en y appliquant le deuxième orbe tourbillonnant. Alors, le Kyudaime entra dans le lieu le plus terrible qu'il lui ait été donné de voir : TOUT autour de lui n'était que l’œuvre de son ennemie. Instantanément, tout son corps fut parcouru d'innombrables coupures mais ce ne fut rien en comparaison avec le moment où il se rapprocha de la position exacte de Kyuji . Alors, il sentit son corps commencer à flancher devant la puissance et la fréquence abondante des coups qui devenaient maintenant dangereux mais soudain, plus rien, soudain, tout s’arrêta en bref, soudain , kyuji s’arrêta de tourner sur lui même. Néanmoins, c'était plus un blocage dut à quelque chose d'étrange plutôt qu'un arrêt. L'aura bleutée qui enveloppait les deux combattants elle aussi se dissipa. Dans une synchronisation parfaite, les deux anciens amis baissèrent les yeux afin de connaître la cause de ce blocage. Immédiatement, les deux comprirent que l’entraînement de Shinsaku visant à accroître continuellement la portée de son ombre avait enfin porté ses fruits. Alors, malgré son corps constellé de dangereuses blessures , kazeigan généra deux razengan et les lança avec toutes les forces qui lui restait, vers son ennemie juré : le démon hyuga. L'effet ne tarda alors pas : L'onde du ranzengan, l'ultime stade du razengan parfait se généra alors de lui même à un niveau qui n'aurait jamais été atteint dans des conditions ordinaires (si on plaque les deux razengans avec les mains, la douleur nous empêche de porter l'attaque à son terme alors que si on les lance l'un contre l'autre a une vitesse suffisante, ils fusionnent et donnent alors le maximum de leurs puissances) et prit Kyuji dans un cercle vicieux : L'onde de chacra était si puissante qu'elle avait rapidement pulvérisé la défense du démon à queues et l’empêchait d'utiliser une once de son chacra. Kazeigan aurait d'ailleur subit le même sort si il n'avait pas eut le temps de s'échapper de ce dôme mortel in extremis grâce à une technique de substitution instantanée. Le regard sombre, le hokage marcha alors lentement vers l'élève de son élève sans même se retourner. Kazeigan seul avec Shinsaku, sous la pluie qu'avait formé la plus dévastatrice de ses attaques , repensant à tous les bons moments qu'il avait passé avec son ami, murmura tristement :


-Quand je pense que notre duo aurait put durer encore quelques années sans cette haine grandissante... Je n'ai pas voulut en arriver là , mais tu m'y a contraint …


Il était temps que le Kyudaime aille annoncer aux deux Hyuga qui l'attendaient que le meurtrier de leur clan avait à son tour perdu la vie. Mais, à la plus grande surprise de Kazeigan, au moment où l'onde de razengan se dissipa, un «Boum» retentit alors. Se retournant, les deux ninjas de Konoha virent alors Kyuji, effondré sur le sol, bléssé de manière dangereuse pour tout individu « normal » sur toute la surface de son corps et, par dessus tout, avec un trou de taille légèrement inférieure à celle d'un ballon de football dans la poitrine (je tiens à préciser qu'on ne peut pas voir à travers ton ventre c'est juste qu'il y a un creu à travers lequel on voit certain de tes organes) . Le jinchuriki avait visiblement subit l'attaque de plein fouet mais avait tout de même résisté grâce à Kyubi puis, quand l'attaque à commencé à perdre de l'ampleur, avait été violement projeté dans le tas de cendres rebondissant dans tous les sens dans sa projection. Néanmoins, ce dernier, respirait malgré ses désastreuses blessures mais se régénérait tout de même plutôt rapidement : Une aura orange quasiment opaque s'était générée au niveau de la plaie afin de sauver le Jinchuriki et retenir tant bien que mal le sang qui se déversait rapidement du Hyuga à l'intérieur de son corps.

Le hokage s'approcha alors de son ancien élève et, alors qu'il leva les yeux sur lui, le kyudaime manchot lui crachat au visage sans que Shinsaku ne puisse l'en empêcher :


-Sale chien ! Je t'ai proposé mon pardon, tu l'as éloigné de toi comme la pire des pestes ! Maintenant, j'ai l'occasion d'en finir avec toi mais … Quelque chose m'en empèche … Non, ce n'est pas notre amitié et notre histoire c'est tout simplement que je ne suis pas de taille aujourd'hui à lutter contre Kyubi dans toute sa puissance sans risquer de blesser plus de monde que tu ne l'as déjà fait. Maintenant, pars et ne reviens jamais ! Si un jour, tu oses ramener ton cul à Konoha, saches que je t'attendrais de pied ferme et que … ce jour là, je n'hésiterais pas une seconde à te tuer !
Kazeigan marqua alors une pause puis se tourna vers Shinsaku : Quant à toi, libre à toi de le suivre si sa te fait plaisir mais saches que tu quitterais tes amis, ta famille, TOUT pour ... ce monstre qui n'a pas hésité à tuer la sienne par excès de rage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://senkainoshinobi.forumgratuit.org
Kyûji Hyûga
Administrateur
♣ Démon Hyûga
Déserteur de rang SS
○Acharné du Clavier
♠ Administrateur♣ Démon Hyûga♦ Déserteur de rang SS○Acharné du Clavier
avatar

Messages : 467
Date d'inscription : 24/08/2010
Age : 23

MessageSujet: Re: Les serments seront brisés...   Jeu 19 Mai - 21:54

Kyûji tournoyait sur lui-même à une vitesse folle, intensifiant la résistance du dôme, ainsi que sa puissance ! A travers le chakra bleuté, il distinguait Kazeigan, qui essayait de forcer le barrage, en vain ! Alors que ce dernier était en train de mourir, déchiqueté par le tourbillon divin, Kyûji fut soudain stoppé dans sa valse mortelle ! Il trébucha presque, mais n'était plus libre de ses mouvements ! Un ninja en larmes se tenait à plusieurs mètres de lui, relié à Kyûji par son ombre. Un serpent était lové sur son épaule. Shinsaku !

Avant qu'il n'ait le temps de se défaire de cette technique, Kazeigan, qui s'y attendait, bien que blessé, produisit un rasengan dans chaque main, et fixa son ancien élève dans les yeux. Kyûji le regarda aussi, une once d'anxiété sur le visage. Pour la première fois depuis le début du combat, il avait peur d'y passer !

L'onde produite par la fusion des deux orbes frappa le Hyûga de plein fouet et le propulsa dans les airs à une vitesse fulgurante ! Fendant les nuages, Kyûji pouvait sentir la sphère ultime de chakra lui dévorer les entrailles, broyant ses organes sans que l'armure d'énergie que lui offrait le démon ne puisse le protéger ! Lorsqu'il redescendit, il passa à travers le mur d'une maison calcinée, et s'effondra dans la cendre encore chaude avec un bruit sourd, soulevant un nuage de poussière noire... Immobile, le shinobi avait perdu connaissance. Le sang coulait à flot de sa plaie béante.

Ce n'est qu'au bout de plusieurs secondes, qui lui semblèrent interminables, que Kyûji trouva la force de se relever. L'abdomen meurtri, il réussit néanmoins à se mettre à genoux. Le chakra du démon l'enveloppa alors lentement, et forma un garrot d'énergie, qui commença à refermer la plaie lentement, tout en stoppant l'hémorragie. Un rictus de haine se forma alors sur le visage du jeune homme. Son regard n'exprimait que la volonté inébranlable de l'homme qui lutte contre la mort. Prenant une grande inspiration, il se téléporta à son sabre, qui se trouvait encore par terre, sur les lieux du combat.

Lorsqu'il réapparut à côté de son arme, il s'effondra au sol bruyamment, alertant Kazeigan et Shinsaku, qui, stupéfaits, le regardaient se relever avec lenteur. Une fois debout, Kyûji rangea son sabre dans son fourreau, dans son dos, et les fixa avec insolence, malgré la plaie béante qui faisait passer son ventre pour un morceau de viande déchiré par les loups. Le Hokage avança vers lui, et lui cracha au visage ! Kyûji n'essaya même pas d'esquiver, il avait besoin de ses forces pour plus tard. Lentement, Kazeigan commença alors à dégainer son épée afin d'oter la vie à son meilleur ami.

Shin était agité de faibles tremblements dus au stress, et bien que s'efforçant de rester impassible, il était évident qu'il était aussi tendu qu'un arc bandé. Il fixa Kazeigan, puis Kyûji, puis Kazeigan.

Shinsaku et le Hokage furent projetés au loin par une aura rouge sang qui, émanant du Hyûga, dévasta tout ce qui tenait encore debout sur plusieurs mètres ! Une maison en ruines s'effondra en des centaines de gravats plus petits, les deux arbres noirs furent déchiquetés en un instant, et un des corbeaux ayant survécu aux attaques précédentes fut frappé avec une telle force que ses os se brisèrent à plusieurs endroits, avant qu'il ne tombe au sol et n'y meurt. Alors que les deux shinobis se relevaient, relativement indemnes, Kyûji, lui, était ramassé sur lui-même, voûté, tandis que des volutes d’énergie pure tournoyaient autour de lui. Lorsqu'il se redressa, il avait radicalement changé.

Loin de l'incarnation habituelle du démon, Kyûji avait gardé son apparence normale. pas de griffes, pas de crocs. Ses yeux étaient toujours blancs, bien que teintés de rouge. Son abdomen, lui, était intact, comme s'il n'avait rien subit. Alors que le chakra qui émanait de lui s'intensifiait, ses cheveux se mirent à s'agiter dans les airs, et reprirent leur couleur noire ! La cruauté la plus dure et la plus terrifiante qui soit était peinte sur les traits du Hyûga. Il était l'incarnation même de le peur. Un démon. Du bas de son dos sortaient 2 queues de chakra, qui fouettaient l'air de manière menaçante. Kyûji ne se battait plus pour se venger. Il ne se battait plus pour s'amuser. Il se battait de toutes ses forces, de toute son âme, dans le seul but de tuer les deux fous qui s'étaient opposé à lui.

Réalisant l'ampleur de la menace, le Hokage se plaça devant Shinsaku, en garde, près à encaisser la première charge. C'est d'ailleurs cette attitude protectrice, si inhabituelle chez lui depuis l’acquisition des reliques qui termina de convaincre le jeune garçon qu'ils étaient déjà morts. Kyûji, le doute n'était plus permi quand à l'identité de celui qui contrôlait le corps du shinobi, puisque le Bijuu, lui, se serait montré d'une impétuosité et d'une fougue totalement opposée au calme terrifiant du jeune homme, Kyuji, donc, se tenait droit, sûr de lui, presque immobile. Il regarda sa bague, puis abaissa son bras. De manière presque imperceptible, un petit sourire s'inscrivit au coin de sa bouche.

Kazeigan n'eut que le temps de comprendre ce qui se passait avant d'être éjecté sur le côté, frappé avec une force implacable ! Kyûji avait parcouru la cinquantaine de mètres qui les séparait en un battement de cil, sans même avoir besoin de se téléporter ! La vitesse naturelle du Hyûga, combinée à celle fournie par le démon, défiait l'imagination ! Le Hokage réussit cette fois à se réceptionner, mais avec grande difficulté, et mit un genou à terre. Avant qu'il n'intervienne pour riposter, son adversaire était déjà passé à l'attaque. Il se jeta sur l'adolescent, qui tenta vainement de l'attraper avec son ombre, alors que Kyûji se déplaçait trop vite pour qu'il puisse le saisir. Un balayage de la jambe droite faucha Shinsaku qui tomba à terre, avant qu'un uppercut ne le fasse remonter dans les airs ! Un filet de sang sortit de sa bouche ouverte, et lorsqu'il retomba, Kyûji le frappa au vol ! Grimaçant à chaque coup, Kazeigan observa Shinsaku encaisser la terrible technique des 128 poings du hakke, couplée à une vitesse d'exécution jamais inégalée jusqu'à présent ! Les pouvoirs des Hyûgas combinés aux ressources du démon semblaient donner un potentiel infini. Un frisson de peur lui parcourut l'échine alors que Kyûji terminait sa technique, frappant Shinsaku une dernière fois avec sa paume afin de l'expulser loin de lui. Il retomba dans la cendre en glissant sur le sol, et ne bougea plus.

Kyûji se rua alors vers son ancien maître, qui cette fois-ci, bien que moins rapide, put esquiver l'attaque en l'anticipant ! Se téléportant derrière Kyûji, il prépara un rasengan qu'il lança avec force sur le shinobi, mais ce dernier, ayant vu l'attaque grâce à ses yeux et à leur vision à 360°, encaissa l'attaque facilement avec un autre tourbillon divin. Une des deux queues tenta de faucher le Hokage, mais il bondit sur le côté, et évita l'attaque à nouveau. Sans qu'il ait le temps de tenter une autre attaque, Kyûji lui asséna un coup de poing brutal, qu'il ne put que parer avec son bras droit : le choc fut si violent que Kazeigan grimaça de douleur ! Profitant de cet instant de distraction, le Hyûga frappa à nouveau avec un poing chargé de chakra Raiton ! Fort heureusement, là encore, la téléportation sauva la vie du Kage alors que l'assaut fouettait le vide et frappait la terre, envoyant des éclairs dans toutes les directions tandis que le sol était perforé comme du gruyère !

Loin de se laisser décontenancé, Kyûji chercha Kazeigan de ses byakugans, et l'apercevant à travers les murs d'une maison encore debout, redoubla son assaut en annihilant littéralement la bâtisse ! L'atemi destructeur, cette fois, fit imploser la structure, dont les débris retombèrent un peu partout, au loin. Le Hokage, bras croisés devant le visage pour se protéger, dut esquiver encore une fois le coup de poing redoutable du Hyûga en se téléportant un peu plus loin, et disparut derechef après s'être fait rattraper ! Incapable de prendre le temps de préparer une technique, il ne faisait que subir les assauts implacables de son opposant, qui semblait infatigable.

Alors qu'il esquivait encore une fois un atemi, qui fit un énorme cratère dans le sol, le nuage de poussière soulevée cacha alors le Hyûga à sa vue pendant un court instant. Lorsque la fumée se dissipa, il avait disparut ! Se doutant de la sombre dissimulation, le Kyûdaime se rua dans une zone fortement éclairée par la lune afin d'éviter de se faire prendre par surprise, et attendit, tendu, la suite des évènements. Qui ne tarda pas.

Kyûji surgit de l'ombre pour se ruer sur lui, le poing encore chargé de chakra élémentaire ! Ne voulant pas prendre le risque d'encaisser, Kazeigan se téléporta à nouveau, non sans avoir jeté quelques shurikens, dérisoires mais toujours utiles, sur son ennemi. Ce fut avec stupeur qu'il fit le shinobi disparaître dans un nuage de fumée lorsque les armes de jets l'atteignirent ! Un clone !

Comprenant trop tard qu'il s'était fait piégé comme un débutant par son propre apprenti, Kazeigan encaissa violemment dans le dos la Furie du dragon de Kyûji, qui, toujours dans l'ombre, attendait calmement que son maître daigne se téléporter de nouveau à couvert, avant de refermer les crocs du renard sur lui...

____________________________
-> Paroles et pensées de Kyûji
-> Paroles et pensées de Kyuji dans son moi intérieur (Kyuubi) et flash back
-> Paroles de Kyuubi
-> Paroles des autres personnes


L'Ombre et la Flamme... -> LE BALROOG !!!
Forum RPG Naruto - Senkai no Shinobi - SNS - Forum RP Naruto
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinsaku Nara
Junin de Konoha
♣ Sadomaso invétéré officiel

♠ Junin de Konoha♣ Sadomaso invétéré officiel
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 15/09/2010
Age : 23
Localisation : Poitiers

MessageSujet: Re: Les serments seront brisés...   Ven 20 Mai - 19:50

Tout était noir. Aucune lumière, que les ténèbres. Aucune sensation, aucune douleur. Comme dans un rêve inexistant, j’errais sans but. Rien, plus rien. Puis soudain, le souvenir d’un doux visage souriant. Celui de ma sœur, celui de Shizu. Ce sourire si magnifique, c’était le dernier avant l’incident. La dernière fois qu’elle m’enlaçait de ses bras de jeune fille. La dernière fois que ses doux cheveux frottaient contre ma joue. Ce jour là, ses yeux étais illuminés de milles étincelles et elle me serrait de toutes ses forces. Dans sa main droite elle tenait le collier en argent que je venais de lui offrir. Elle venait d’avoir 13 ans. Et jamais plus je ne la revis ainsi. Le noir s’installa de nouveau, m’interdisant de revoir une dernière fois ce visage.

Un éclair d’énergie me parcourut le corps. L’air s’engouffra avec violence dans mes poumons. Mes mains se crispèrent sur les cendres chaudes. C’était comme venir au monde.

Lorsque j’ouvris enfin les yeux, Shizu était devant moi, sur mon torse, me regardant de ses yeux turquoises. Elle avait un regard attendris, rassurant, protecteur. En la voyant ainsi devant moi, j’avais l’impression de la revoir après plusieurs longues années de solitude. Je la serrais contre moi avec tout l’amour que je pouvais porter. Elle avait un sourire intérieur. Un magnifique sourire intérieur. Le même qui s’était gravé sur son visage quand elle était encore une jolie fille de 13 ans.

« J’ai vu ton rêve. »

« Je sais. »

Shizu fit une dernière fois son sourire avant de s’effondrer de fatigue.

« Shinsaku… promet moi de ne pas mourir, pas cette nuit. »

« Shizu tu en as fait trop, tu… »

« Promet le moi ! »

« … Oui, je te le promet. »

Puis elle sombra dans le sommeil.

Je la pris dans mes bras avec la délicatesse d’un chaton. Puis, levant les yeux vers le ciel, je sifflai pour appeler le spectre de la mort qui tournoyait toujours au dessus de la zone dévastée. Il atterris devant moi, sur un pant de mur en ruine, 3 secondes après mon appel. Ayant déjà pris l’habitude du vol et de la monture, je l’enfourchais rapidement avant qu’il ne décolle vers les sombres cieux. Arrivé à une cinquantaine de mètre d’altitude, Rek me rejoignit hâtivement.

« Rek j’ai une mission très importante à te confier. Tu es chargé de ramener Shizu à la maison sur mon lit et de veiller sur elle jusqu’à mon retour ou jusqu’au réveil de mes parents si les évènements on été en ma défaveur. »

Le corbeau fit un simple hochement de tête en signe d’approbation comprenant l’importance de la tâche que je lui confiais. En silence, il saisit la vipère endormie de ses serres et partit en direction de la demeure Nara.

Je me retrouvais seul avec le grand corbeau dans le ciel de Konoha. Maintenant que j’étais totalement rétablis grâce à Shizu, je devais faire mon devoir et anéantir la haine qui a détruit Kyûji. Je ne devais plus mettre pied à terre car c’était l’endroit où j’étais le plus vulnérable aux attaques du démon. Je devais donc apprendre à attaquer des airs et heureusement pour moi, j’y avait déjà réfléchi. Le spectre de la mort pris de l’altitudes, toujours plus d’altitude jusqu’à se retrouver à environ 500 mètres du sol. De là haut, les deux combattants étaient invisibles mais le corbeau, lui, pouvait voir les deux hommes sans les distinguer pour autant.

« Fonce sur le Hyûga ! »

Le grand corbeau fit un dernier battement d’aile pour prendre de l’altitude et se retourna sur le dos avant de se laisser tomber sur la zone dévastée. Arrivé à 200 mètres du sol, l’oiseau put enfin distinguer qui était qui. À 50 mètres du sol je vis enfin Kyûji mais dans l‘instant qui suivit il projeta une sorte de dragon de chakra suivit d'une onde de choc sur Kazeigan. Je devais attaquer maintenant !
Je téléportai une poutre d’acier, qui se trouvait dans les décombres, juste devant mon corbeau. Celui-ci au même moment se retourna sur lui-même et s’appuya sur la poutre pour lui donner toute la force qu’il avait accumulé en descendant 450 mètres en piqué. Dans le quart de seconde qui suivit, le spectre étendit ses ailes et redressa sa course folle vers la mort pour reprendre de l’altitude. Mais l'onde l’atteignit et je fut projeté encore plus haut dans les airs avec ma monture à une vitesse incontrôlable pour l'oiseau. La poutre atterrit avec la puissance d’un obus sur la position exacte de Kyûji. Le corbeau parvint enfin à se stabiliser à 150 mètres du sol. Le coeur encore emballé par l'action précédente, j'observais la poussière qui se dissipait une des dizaines de mètres en contrebas.


Dernière édition par Shinsaku Nara le Mer 27 Juil - 23:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazeigan Gutari
Fondateur
♣ Hokage
Epéiste des Flammes
○ Chicaneur de Première
♠ Fondateur♣ Hokage♦ Epéiste des Flammes○ Chicaneur de Première
avatar

Messages : 361
Date d'inscription : 24/08/2010
Age : 23
Localisation : En guadeloupe, isolé de vous tous :(

MessageSujet: Re: Les serments seront brisés...   Mar 24 Mai - 19:54

C'était la fin et tous le savaient : Une fois en l'air, quelque soit la force physique d'un individu, quelque soit son réservoir de chacra, quelque soit son instinct de survie, il était vulnérable. Kazeigan s'était ainsi fait bêtement avoir par une feinte que même un gennin aurait put prévoir. Enrageant, Kazeigan attendit le moment opportun pour agir : il lui fallait être sur que Kyuji ne pourrait plus stopper son attaque avant de lancer sa défense. Effectuant au mieux une rotation de tout son corps afin de se retrouver plus ou moins en position pour observer l'attaque, le hokage dixième du nom reprit un sans-blanc d'espoir : dans cet état il avait une chance de survivre à l'offensive de son ancien ami.

Comme prévu, le Hyuga apparut dans le coin de l'oeil de l'épéiste et chargea à une vitesse éclair, le même justu qu'il avait utiliser pour déchirer le flanc du porteur de Yonbi. C'était le moment ! En un instant, Kazeigan imagina une forme étonnante pour son épée : Au moment même où Kyuji commença à lancer son poing vers son sensei, koutenken prit la forme d'une mince pellicule de métal qui s'épaissit brusquement propulsant son porteur loin de l'attaque. Contrairement à la joie qu'avait eu le manchot en voyant son plan fonctionner à merveille, l'attaque déjà surpuissante qu'avait développé son ami, couplé au chacra infini du démon à queue, transperça aisément le mur de quelque mêtre d'épaisseur et atteint profondément le Kyudaime au coté, l'envoyant s'écraser lourdement sur le sol. Le hokage avait peut être réussit à échapper à 35% de l'attaque, tout au plus mais ce n'était visiblement pas suffisant : On aurait dit que Kazeigan eut été en flanc et qu'une main avait arraché purement et simplement un bout de son ventre (en gros, imaginez qu'on ait essayé de vous soulever par l'une de vos poignées d'amour et que bah que la poignée d'amour s'est décrochée --')

Contrairement à ce qu'aurait put croire un spéctateur qui aurait assisté au reste du combat, Kazeigan ne se mit pas à crier en pleurant de ne pas être mort sous l'impact du coup, il n'essaya pas non plus de garder son sang froid et son honneur : La douleur était tout simplement si forte, si aiguë, si puissante que, couplé au manque de chacra (comparé à Kyuji), qui même en pompant à fond dans celui de la nature n'aurait pas été suffisant, le hokage sentit ses idées s'embrumer et sa vision s’éclaircir pour finalement ne former qu'un voile blanc opaque. Kazeigan avait alors rapidement perdu connaissance dans son bain de sang.

Une lumière blanche. Plus rien , rien mis à part le sentiment de solitude. Kazeigan était nu, baignant dans un univers entièrement blanc. Se touchant le coté, avec stupeur, il s'apperçut qu'il n'avait plus du tout de blessure. Mais ce n'est qu'un instant après qu'il comprit qu'il s'était touché le coté ... avec son bras ! Passé le moment de stupeur, le hokage essaya de reprendre son calme, ce qui fut étonnement simple vu la gravité de la situation. Les pensées étrangement lucide, Kazeigan déduisit simplement qu'il devait être mort. La constatation lui arracha un sentiment d'amertume : Il était jeune, n'avait quasiment rien vécut, rien fait de particulier de sa vie mis à part étudier sans cesse les mêmes jutsu dans le seul but de tuer des personnes qui elles non plus n'auraient rien fait de leur vie , il n'avais même pas eu le temps de sculpter son visage dans la roche aux cotés de ses neufs prédécesseurs. Il n'avait jamais put déclarer sa flamme à une femme qu'il aurait aimée, à qui il aurait chanté de longs poèmes de sa compositions, il n'avait pas put démanteler l'akatsuki, sceller chaque bijuu , éviter une guerre, sauver des centaines de vies, non, rien de tout cela. En fait, il méritait la mort que lui avait octroyé son ami : Au fond, il n'était qu'un idiot qui ne se rendait jusqu'à lors pas compte des choses essentielles de la vie. Son sensei, Sarutobi-sama, devait surement le regarder avec pitié de l'endroit où il se trouvait. Soudain, le Hokage s'apperçut qu'en plus d'être nu, il était seul. Entièrement seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://senkainoshinobi.forumgratuit.org
Kyûji Hyûga
Administrateur
♣ Démon Hyûga
Déserteur de rang SS
○Acharné du Clavier
♠ Administrateur♣ Démon Hyûga♦ Déserteur de rang SS○Acharné du Clavier
avatar

Messages : 467
Date d'inscription : 24/08/2010
Age : 23

MessageSujet: Re: Les serments seront brisés...   Mar 24 Mai - 20:51

Kyûji exultait ! Enfin ! Il l'avait vaincu ! Son maître avait été terrassé par sa puissance infinie ! Rien ne le reliait plus à ce village. Alors que Kazeigan tombait lourdement au sol, Kyûji se sentit oppressé malgré son euphorie. Un objet énorme tombait sur lui à une vitesse folle, fendait l'air avec un bruit strident ! L'apercevant à l'aide de ses yeux, il ne put pourtant l'éviter qu'au dernier moment, bondissait sur le côté, et ne se réceptionnant qu'à quatre pattes, accroupi. Un simple regard dans le ciel sali par la fumée le renseigna sur l'auteur de cet acte : Shinsaku.

- COMMENT OSES-TU TRAHIR TON MAÎTRE SHINSAKU ?

Kyûji avait hurlé, d'une voix gutturale qui réveilla tous ceux qui étaient encore dans leur lit en sursaut ! En réponse, un simple croassement sonore lui revint. Sentant la rage prendre de nouveau le dessus sur sa personne, Kyûji murmura d'une voix rauque...

- Puisque tu te crois intouchable... Apprend qu'on ne me défie pas impunément... APPREND CE QUE C'EST QUE LA VÉRITABLE PEUR SHINSAKU ! DÉCOUVRE-LA ET TREMBLE, TREMBLE !! TA DERNIÈRE HEURE EST SUR LE POINT D'ARRIVER, ET TU NE T'EN SORTIRAS PAS VIVANT CETTE FOIS-CI ! MEURS !!!!

Dans un rugissement bestial, Kyûji vit 2 autres queues sortir de la robe de chakra qui l'entourait ! Puis une cinquième ! Le ciel semblait devenir encore plus sombre qu'avant, et un puissant bruit de succion commença à siffler en provenance de Kyûji ! Une sphère noire se forma autour de lui, et se mit à grandir, grandi d'autant plus vite que de nombreux volutes de chakra noirs tournoyaient autour avec violence ! Dans une explosion gigantesque de ténèbres qui se répandirent sur le village comme une chape de brouillard, Kyûbi apparut. A peine plus grand que ne l'était Kyûji, il n'en émanait pas moins une puissance phénoménale qui dépassait tout ce qu'avait connu Konoha depuis des années. Tapi au sol tel un prédateur qui guette sa proie, il était terrifiant à regarder. Un avatar de haine, l'incarnation des ténèbres. Toute lumière semblait s'être éteinte.

Immobile, Kyûji attendait. Sous sa robe démoniaque, il ne semblait pas vouloir passer à l'attaque, restant accroupi, ses queues s'agitant par saccades. Le démon haletait, comme s'il avait du mal à rester calme, qu'il avait peur de se mouvoir...

...

- KYÛJI ! ENLÈVE CE SCEAU, C'EST UN ORDRE !!

- Tu aimerais bien... Avoue-le.

Le ninja prenait un air insolent qui mit le démon hors de lui ! Il frappa alors la porte qui le séparait de son Jinchuuriki avec force, mais elle ne bougea pas d'un poil. Il trépignait d'impatience, alors que le ventre du Hyûga était ouvert, et saignait abondamment. Le sceau sur son abdomen n'était plus qu'un gouffre béant d'où sortait un flot ininterrompu d'ombre et de sang souillé... Mais pourtant, Kyûji tenait bon. Il savait que ce n'était qu'une vue de l'esprit. Dans tous les cas, il s'en persuadait. Et c'était suffisant.

Il marcha alors dans la salle, avant de se tourner vers le démon de nouveau. Il lui sourit.

- Kyûbi... Sache que je ne me laisserai jamais contrôler par toi. Cette vengeance est la mienne. Tu n'y as pas ta place. Maintenant VA-T-EN !

...

Au même instant, alors que Kyûji hurlait en son fort intérieur, sa forme matérielle se mit à rugir en se dressant sur ses jambes ! L'onde de choc qui résulta du cri alla frapper le corbeau de Shinsaku, qui fut projeté au loin ! Il redressa fort heureusement son vol, mais il ne battait des ailes qu'avec des brefs mouvements brusques et saccadés. Il alla alors se poser à terre, et s'effondra au sol, loin du démon.

Shinsaku, fort heureusement, avait-pu éviter le pire en s'accrochant aux plumes de l'oiseau. Il descendit de son dos, et observa, de loin, le guerrier invincible qui le regardait. En un instant, ce dernier passa d'une immobilité totale à une vitesse inouïe, et heurta Shinsaku, le coupant en deux sous l'impact ! Enfin c'est ce qu'il crut, au début. En réalité, le corbeau s'était jeté devant Shin, anticipant l'attaque, et l'avait écarté le plus loin possible, quelques mètres plus à droite. Le haut du torse et l'aile droite séparés du reste du corps en une fraction de seconde, l'oiseau disparut dans un nuage de fumée. Kyûji s'arrêta instantanément. Il venait de parcourir plusieurs kilomètres en quelques secondes... Et s'était arrêté brusquement, sans effort. Shinsaku n'arrivait plus à respirer, tant la haine que dégageait le démon était virulente. Des larmes de nervosité coulèrent alors sur ses joues. Il vit Kyûji se tourner vers lui.

Le démon reçut alors une explosion dans le dos, qui le fit tressaillir ! Un simple mouvement de l'une de ses queues balaya plusieurs bâtisses qui s'effondrèrent avec fracas, alors que les auteurs de l'attaque sortaient en hâte ! Des ninjas, plus ou moins gradés, se rassemblaient pour l'affronter, comme un écho à l'attaque de kyûbi sur Konoha orchestrée par Madara il y a bien longtemps... L'avatar accumula alors une quantité folle d'énergie dans la gueule, qui se mit à former lentement une sphère noire. Tous les habitants se mirent alors à paniquer, et ce fut la débandade ! La bombe bijuu, plus puissante attaque du monde ninja, allait frapper Konoha, et le réduire à l'état de cendres...

____________________________
-> Paroles et pensées de Kyûji
-> Paroles et pensées de Kyuji dans son moi intérieur (Kyuubi) et flash back
-> Paroles de Kyuubi
-> Paroles des autres personnes


L'Ombre et la Flamme... -> LE BALROOG !!!
Forum RPG Naruto - Senkai no Shinobi - SNS - Forum RP Naruto
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinsaku Nara
Junin de Konoha
♣ Sadomaso invétéré officiel

♠ Junin de Konoha♣ Sadomaso invétéré officiel
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 15/09/2010
Age : 23
Localisation : Poitiers

MessageSujet: Re: Les serments seront brisés...   Mer 25 Mai - 20:04

Le sol se reprochait à grande vitesse. Le corbeau géant se débattait dans tout les sens pour retrouver son équilibre mais il était déjà trop tard. Il atteignis le sol dans un grand fracas, défonçant une petite cabane en bois qui se trouvais là et qui amortie en partie sa chute. Cramponné au duvet qui recouvrais le haut de son dos, je ne fus que méchamment secoué par le crash.

Enfin debout et remis de cette chute éprouvante je pus voir le démon qui me regardait de loin. Le corbeau géant, malgré sont état critique, fit un dernier bond de désespoir entre moi et la bête à cinq queues. Avant que je ne puisse comprendre son action il fut découpé en deux par la violence d‘un coup inconnu. La seule fumée qui résultait du décès de l’animal se dissipa rapidement pour me révéler Kyûbi. Il se trouvais à peine à six mètres de moi; bien trop proche pour que je ne puisse le supporter. C’était tout bonnement impossible de la supporter, cette haine terrible qui se diffusait dans l’air comme des graines de pissenlit. Mon visage se crispait, mes poings se serraient, ma respiration se saccadait et je suais de tout les pores de ma peau sous cette tension inimaginable créée par la Haine Ultime.

Ce moment fut long, trop long, étonnamment long.

« Pourquoi ne suis-je pas mort ? »

Fixant le démon dans les yeux, je compris que Kyûji était encore là, quelques part dans ce flot de haine.

« Kyûji, je… »

Une explosion parcourue son dos et le fit légèrement trembler. Ses yeux perdirent une partie de leur teinte blanche et redevinrent rouge comme le sang. Il se retourna vivement tout en balayant plusieurs petites maisons des ses queues démoniaques. Des dizaines de ninjas étaient venus, alerté par le combat sanglant qui régnait dans les décombres de la demeure des Hyûga. Mais leur intervention imprévue ne fit qu’augmenter encore plus la rage de Kyûbi qui se mis à concentrer son chakra dangereusement. En effet, un énorme boule de noire commençait à se former devant sa bouche. Il allait utiliser la bombe bijuu.

Il n’était pas question qu’il fasse ça. J‘avais juré de protéger Konoha et ses shinobis face à la haine. Prenant une grande impulsion sur mes jambes, je sautai au dessus du démon pour me retrouver de nouveau face à lui. Il ne semblais pas me porter la moindre attention, comme s’il ne me voyait pas. Pour attirer son attention, je téléportai un mur à moitié en ruine juste derrière moi, entre le démon et ses assaillants. Ne pouvant plus que les voir par l’intermédiaire des Byakugans, le démon serait obligé de faire appel à la technique de Kyûji ce qui, j’espérais, allait permettre à Kyûji de contrôler un peu plus son démon. Je devais maintenant tout faire pour le raisonner.

« Kyûji ! Je n’ai pas envi d’être interrompu à nouveau alors écoute moi ! J’avais retiré mon capuchon pour que mon visage lui soit totalement visible. Je sais que tu haïssais les Hyûga et maintenant ils ne sont plus. Ce pour quoi tu étais venu est accompli, c’est fini maintenant ! Tu m’avais dit que tu détestais la haine de Kyûbi et là tu te laisse faire par ce monstre, tu lui donne raison et tu te plis à sa volonté. Ne gâche pas tout Kyûji. Tu avais des amis, des gens qui t’admiraient dont tu ne soupçonnais même pas l’existence. Je sortis une petite amulette d’une des poches intérieures de ma veste. Tu vois ceci, c’est un présent d’Isao qui t’es destiné. L’homme que tu as sauvé quand tu étais encore Kyûij Hyûga t’admire pour ce que tu as fait et il t’en remercie. Il a vu la haine te consumer, il a vu que tu t’effaçais sous la domination de ce démon renard, il l’a vu dans tes yeux et c’est pour cela qu’il t’offre l’objet le plus précieux qu‘il possède. Accepte-le si tu es encore en vie sous ce déguisement démoniaque. Fait honneur au gens qui t’aiment et accepte-le de sa part, de ma part, de la part de Kazeigan et de la part de Shizu ! Arrête ce massacre inutile, tout est fini. Il te suffit de saisir cet objet et de dominer Kyûbi et tu regagnera ce qu’il te reste à gagner du respect et de l’amour des tes amis. Kyûji Hyûga c’est à toi que je m’adresse et je te demande en tant qu’ami de faire ce que tu sais être le mieux pour nous tous. »


Dernière édition par Shinsaku Nara le Mer 27 Juil - 22:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyûji Hyûga
Administrateur
♣ Démon Hyûga
Déserteur de rang SS
○Acharné du Clavier
♠ Administrateur♣ Démon Hyûga♦ Déserteur de rang SS○Acharné du Clavier
avatar

Messages : 467
Date d'inscription : 24/08/2010
Age : 23

MessageSujet: Re: Les serments seront brisés...   Sam 28 Mai - 12:43

La sphère noire devenait de plus en plus grande au fur et à mesure des paroles de Shinsaku. Bientôt, elle atteignit la taille d'un homme, puis se mit à rétrécir très rapidement : Kyûji allait l'avaler, afin de relâcher l'énergie accumulée. La fin était proche. L'Apocalypse, imminente.

Soudain, la sphère cessa d'évoluer. S'immobilisant, minuscule, dans la gueule entrouverte du démon, elle tournait lentement sur elle-même, sans pour autant se faire happer. Shinsaku se tenait devant lui, un pendentif dans la main. Le visage d'une petite fille s'y trouvait. Il n'y avait pas fait attention au début. Mais maintenant, il savait. Il connaissait ces yeux.

flashback...

Miko était proche du village. Bientôt, elle pourrait récupérer le parchemin que convoitait la matriarche, et accomplirait sa mission. Elle pourrait rejoindre Isao et Ayane. Rassérénée, elle fit quelques mudras, et changea d'apparence. Maintenant, elle ressemblait à s'y méprendre à une kunoichi de Konoha. Elle n'avait plus qu'à passer la porte.

Soudain, un bruit aigu lui parvint aux oreilles, tels des milliers d'oiseaux qui pousseraient des cris stridents ininterrompus ! Prenant peur, elle essaya de savoir d'où provenait le bruit, mais en vain. Elle sortit un kunai, et attendit. L'arme tomba par terre quelques secondes plus tard, accompagnée d'une gerbe de sang.

Kyûji se tenait derrière Miko, le bras droit étincelant d'énergie électrique traversant le torse de la femme à l'endroit exact du coeur. Elle était tétanisée par la douleur, et faillit s'effondrer sur le champs. Mais elle n'était pas décidée à se laisser aller. Surmontant la souffrance, elle réussit à tenir sur ses jambes. Elle n'en avait plus pour longtemps. Le Hyûga lui glissa à l'oreille :

- Je suis désolé... Mais vous n'auriez pas dû être ici.

Il retira son bras avec un bruit écoeurant, et Miko manqua s'affaler sur le sol. Elle tomba à genoux. La tête lui tournait. Elle n'eut que la force de regarder son agresseur dans les yeux. Une larme coula sur sa joue.

Miko fut rattrapée par Kyûji au moment où sa tête allait toucher le sol. Il la coucha sous un arbre, et lorsqu'il allait lui fermer les yeux, croisa son regard éteint. Deux yeux bleus azur. Il referma les paupières de la femme, et s'en retourna.

Un rayon de soleil passa sur son visage, et accrocha la goutte d'eau qui perlait au coin de son oeil...


Kyûji se souvenait de ces yeux. Des yeux magnifiques. Mais le visage, lui, n'était pas celui de la femme. C'était celui de son enfant. L'enfant auquel il avait arraché la mère. L'enfant qui s'était retrouvé séparé de la personne qui lui était la plus chère. L'enfant qu'il avait condamné à grandir sans la douceur maternelle. Une flèche de souffrance et de culpabilité se ficha dans le coeur de kyûji, qui vacilla.

L'infime déconcentration suffit à perturber le cours de la technique, faisant voler en bulles noires et blanches la sphère meurtrière, qui n'eut comme effet que de repousser Kyûji et Shinsaku au loin. Le garçon se réceptionna tant bien que mal au mur qu'il avait projeté derrière lui, le démon, lui, freina sa chute en enfonçant profondément ses griffes dans le sol. Ils se tenaient immobiles, face à face. La robe rouge de Kyûji commença à disparaître...

Quelques secondes plus tard, Kyûji se tenait prostré sur le sol, pleurant à chaudes larmes. Il n'arrivait pas à réaliser ce qu'il avait fait. Il avait exterminé un clan entier, tué des nourrissons, condamné des enfants à être orphelins, comme il l'avait été. Kyûji n'avait pas voulu ça. Il s'était laissé submerger par la colère du démon, et maintenant... Il ne lui restait plus rien. Il avait détruit tout ce qui le reliait à Konoha, avait trahi ses amis, brisé les serments qu'il avait faits. Il était un parjure, un traître. Lui qui s'était battu pour l'équité, pour l'honneur, pour le bonheur... Il avait répandu l'injustice, avait trahi ses promesses, et avait répandu la tristesse et la mort... Même Kazeigan ne lui pardonnerait pas cette ultime erreur. Ni Shinsaku. Il était seul.

Soudain, la tristesse fut happée par un sentiment qu'il connaissait depuis bien plus longtemps : la peur. Ses yeux ne mentaient pas : tous les shinobis du village se ruaient sur lui dans le but de profiter de son accès de faiblesse pour le tuer ! Non ! Il ne voulait pas mourir ! Comme un écho à ce qui s'était passé de longues années auparavant, Kyûji prit la fuite.

Plongeant en avant, il fondit sur Shinsaku, puis l'évita au dernier moment en brisant le mur de son poing incandescent ! Sa vitesse s'accentua lorsqu'il ouvrit la première porte, puis plus encore à l'ouverture des second et troisième verrous psychiques ! Le chakra commença à lui faire défaut, alors qu'il se refusait à utiliser celui du démon. Un shinobi se planta devant lui, mais il fut coupé en deux par le sabre noir de Kyûji ! Il n'avait même pas ralenti. Ce fut poursuivi par la moitié du village qu'il quitta Konoha, seul à nouveau.

Il était redevenu un meurtrier. Un déserteur.

...

Il s'arrêta enfin, ses jambes ne le soutenant plus qu'avec difficulté. Il posa au sol tout ce qui lui restait. Le sabre de son père, la Lame du Crépuscule. Ses kunais, ses shurikens, même si en quantité réduite. La bague. Sa tenue de combat était en lambeau, mais il lui restait son uniforme d'Anbu. Son masque.

Il fixa le masque à forme de tête de renard, et se mit à pousser de brusques sanglots. Kyûbi lui avait anéanti sa vie. Mais il était lui aussi responsable. Ainsi que la bague. Il le savait, maintenant. La relique l'avait poussé au fond du gouffre plus sûrement que n'importe quel démon. Il tenta alors de l'enlever de son doigt, le visage couvert de de larmes, qui traçaient des sillons sinueux à travers la suie. Il n'y voyait plus très bien, et dut fermer les yeux un moment. Lorsqu'il les rouvrit, il s'efforça d'enlever la bague à nouveau. Impossible. Il savait ce qu'il lui restait à faire. Après tout... Il aurait tout le temps d'y réfléchir, puisqu'il était condamné à l'exil. Il regarda le soleil se coucher au dessus des montagnes d'Iwa, pleurant silencieusement. Un mince sourire troubla la tristesse qui s'était peinte sur son visage, alors qu'il repensait au kunai au ruban rouge, attaché à la ceinture de Shin...

- Je reviendrai...

____________________________
-> Paroles et pensées de Kyûji
-> Paroles et pensées de Kyuji dans son moi intérieur (Kyuubi) et flash back
-> Paroles de Kyuubi
-> Paroles des autres personnes


L'Ombre et la Flamme... -> LE BALROOG !!!
Forum RPG Naruto - Senkai no Shinobi - SNS - Forum RP Naruto
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les serments seront brisés...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les serments seront brisés...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» weronika ღ Heureux les cœurs qui peuvent plier, car ils ne seront jamais brisés. Heureux les cœurs qui peuvent crier car ils seront heureux. Mais le sont-ils vraiment ? Car un cœur qui n’est pas brisé ne peut pas guérir...
» 2ème entrainement de Nuage Brisé [PV Ombre du Crépuscule]
» Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire.[Alfred]
» D'un coeur brisé naîtra une passion dévorante [Aurore]
» 04. Le chocolat ne peut réparer un coeur brisé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Senkai no Shinobi ~ Forum RPG Naruto :: Archives :: Monde Shinobi :: Konoha Gakure no Satô :: Lieux spécifiques-
Sauter vers: